Olympique Saumur (match à Saint-Philbert)
Les Saumurois espèrent poursuivre sur leur lancée de la saison dernière. (Photo Lakhdar Ladjeri)

Une semaine après la reprise de l’entraînement, l’Olympique Saumur était en stage de cohésion afin de bien préparer une saison qui s’annonce difficile.

Hier matin, la délégation de l’Olympique Saumur a quitté la cité du Maine-et-Loire de bonne heure pour un stage de cohésion à Saint-Jean-de-Monts. Mais sur la route de la Vendée, Julien Sourice et son équipe se sont arrêtés en fin de matinée à Saint-Philbert-de-Grand-Lieu afin de se détendre un peu les jambes. Et de jouer un match contre le club local, pensionnaire de National 3.

« C’était un vrai match de reprise où on a aligné deux équipes de onze de joueurs équilibrés, assure le technicien saumurois. Je ne cache pas qu’on a souffert physiquement. » Ses joueurs ont encaissé un but en première période par Steven Ngampika (28′) avant d’égaliser après l’heure de jeu par Brahima Magassa (65′). Mais ce n’était pas le plus important.

« On a dû faire avec les obligations professionnelles »

« On passe un week-end de cohésion avec une nuit à la belle étoile dans des tentes, indique Julien Sourice. Ce n’est pas parce qu’on est monté en National 2 qu’on va changer nos habitudes. On montre qu’on n’est pas dans le confort à Saumur. Mais c’est toujours un très bon moment ! » Après la mise en jambes au bord du lac de Grand Lieu, les Saumurois avaient une soirée libre dans leur camping avant une grosse séance physique ce dimanche matin. Une recherche de cohésion après une reprise un peu plus tardive que les autres clubs pour le promu en National 2.

« On a dû faire avec les obligations professionnelles des joueurs et des membres du staff, précise l’entraîneur de l’Olympique Saumur. Ils bossent tous à côté donc il faut faire attention. Ils ont pris leurs vacances au mois de juillet et on a remarqué que globalement, ils étaient revenus en bonne forme avec le programme qu’on leur avait donné. »

« Faire attention par rapport à la masse salariale déclarée »

Avec un championnat plus long (16 équipes au lieu de 14) et plus intense, car il y aura cinq descentes par groupe cette saison avec la réforme des championnats nationaux, l’Olympique Saumur doit se préparer collectivement mais surtout physiquement. « On sait que la saison va être compliquée, concède Julien Sourice. On va affronter des équipes qui s’entraînent deux fois plus que nous. Le physique sera très important. »

Outre les recrues déjà arrivées, le technicien espère ajouter Emmanuel Bourgaud à son effectif. Mais s’il est en stage avec l’Olympique Saumur depuis le début de la préparation, ce n’est pas encore officiel. « On fait tout notre possible, notamment voir si nous pouvons lui faire un contrat fédéral à mi-temps, de trouver le financement. Il faut faire attention par rapport à la masse salariale déclarée lors du passage devant la DNCG. On a un nouveau partenaire qui est arrivé récemment. »

La préparation continue donc avec en point de mire la première journée le 20 août face à Angoulême. « Comme beaucoup de clubs, ils nous ont proposé de jouer le vendredi soir mais pour nous, c’est tout simplement impossible » souligne Julien Sourice. Car son club ne peut pas se le permettre. Ce qui, avec quelques clubs comme Châteaubriant ou Chamalières, reste une vraie anomalie à ce niveau.

SHARE