Joie US Colomiers
L'US Colomiers, ne jouera pas samedi aux Herbiers en championnat, le club vendéen mettra son calendrier à jour avec un match du 4e tour de la Coupe de France. (Photo Jérôme Bouchacourt)

Le président de l’US Colomiers s’est fendu d’un communiqué sur le report du match aux Herbiers samedi. Des propos qu’il convient de nuancer.

Ce jeudi, Patrick Delacroix s’est fendu d’un communiqué polémique à propos du report de la rencontre de National 2 entre le Vendée Les Herbiers Football et l’US Colomiers. Le président columérin accuse notamment le club vendéen de ne pas avoir voulu jouer mercredi 7 octobre son match de coupe de France contre Pouzauges Bocage FC.

« Utilisant à fond les règlements de la Fédération de football, nos amis des Herbiers avaient un problème pour le match de Samedi soir chez eux contre Colomiers : deux de leurs meilleurs joueurs sont suspendus. (…) Leur équipe fanion, diminuée de ses deux cadres suspendus va jouer Samedi une équipe de campagne qui n’aura que de faibles chances de se qualifier pour le prochain tour, et le match de championnat de Colomiers sera reporté à plus tard avec une équipe des Herbiers composée de tous ses titulaires. »

Après avoir pris les renseignements auprès de la Ligue des Pays-de-la-Loire, il s’avère que les propos de Patrick Delacroix sont inexacts. Sur demande de la FFF, qui souhaite éviter les reports en National 2, l’instance régionale a dans un premier temps proposé de jouer ce match le mercredi 7 octobre. Mais Pouzauges a refusé le déplacement en plein milieu de semaine, proposant l’inversion du match. Ce que les Herbretais n’ont pas accepté, d’un point de vue purement sportif. Mais la Ligue nous précise aussi que « le règlement ne prévoit pas de report en semaine pour la coupe de France ».

Un seul joueur suspendu et pas deux

Ensuite, le président de l’US Colomiers indique que le club vendéen avait « deux de ses meilleurs joueurs suspendus ». Après vérification auprès des instances, seul le milieu de terrain Quentin Grégorio est suspendu à partir du 5 octobre pour avoir pris trois cartons jaunes. Ce qui est d’ailleurs facilement vérifiable par le club de Haute-Garonne via son accès Footclubs. Et si le match avait eu lieu ce mercredi, l’ex-Nîmois aurait purgé son match de suspension et ainsi joué contre l’US Colomiers… dans tous les cas.

Si Patrick Delacroix a tout à fait le droit d’être mécontent de devoir se déplacer un mercredi soir, avec un trajet de plus de 500 kilomètres, les mots sont très forts quand il déclare que « l’ambition portée si haute a la fâcheuse tendance à ronger l’esprit de gens honnêtes » ou encore « un nécessaire rappel à la vaccination contre la tricherie ou les combines, contre la tentation permanente du sans foi ni loi ».

Si ses propos n’ont guère été appréciés aux Herbiers, c’est aussi le cas à Pouzauges qu’il a qualifié d’« une équipe de campagne qui n’aura que de faibles chances de se qualifier pour le prochain tour ». Ce qui n’a pas manqué de faire réagir le gardien du PBFC Nicolas Vendé sur les réseaux sociaux. Cette polémique créée par l’US Colomiers était-elle vraiment utile ? Chacun se fera son opinion…


PARTAGER