AS Panazol
Les Panazolais (en rouge) vont tenter d'éliminer l'AS Vitré. (Photo Christelle Sage - AS Panazol).
Bannière stages Louza

Les trois petits poucets de ces trente-deuxièmes de finale évoluent en Régional 2. Une qualification serait un véritable exploit.

Cela fait neuf ans qu’un club du deuxième niveau régional n’a pas participé à un seizième de finale de la coupe de France. Selon les statistiques de Deux-Zero.com, c’était l’Avenir Foot Lozère (DHR) en 2012-2013 avec une défaite contre Le Havre AC (0-3). Le club de Mende avait d’ailleurs créé un superbe exploit entre trente-deuxième de finale avec l’élimination de l’AC Arles Avignon, formation de Ligue 2 (2-0).

Ce week-end, ils seront trois clubs de Régional 2 à vouloir imiter le parcours de l’AFL 48. Le match le plus compliqué est pour Nîmes Chemin Bas d’Avignon qui reçoit le Clermont Foot 63 (Ligue 1). Avec un gros engouement médiatique. « C’est sûr qu’en ce moment on est en pleine lumière, le capitaine et moi-même recevons pas mal de sollicitations, confirme l’entraîneur Stéphane Dartayet. On essaie de relativiser et d’être présents car ce sont des moments que l’on gardera en souvenir. C’est l’épopée d’un quartier de Nîmes qui fait parler de lui par le biais du sport, c’est beau ! »

Surtout que le petit club de quartier va jouer au stade des Costières. « Nous sommes habitués à jouer sur notre terrain synthétique et on est plus forts dessus mais malheureusement notre stade n’est pas homologué, regrette le technicien nîmois. Mais on va essayer de s’adapter. » La marche semble tout de même un peu haute pour Chemin Bas d’Avignon qui jouera néanmoins sa chance à fond.

A Montauban, « une ferveur assez spéciale » !

Pour Montauban Tarn-et-Garonne FC, la réception de La Roche VF (National 3) est plus abordable. « Nous allons recevoir et c’est déjà une très bonne chose, se réjouit l’entraîneur Chaïb Ouali. On veut offrir ce 32e de finale à tous nos supporters qui nous soutiennent sans failles. La Roche Vendée est un véritable rouleau compresseur de N3 et ne comptabilise aucune défaite depuis le début de la saison. Nous aurons fort à faire face à cette équipe qui ambitionne de monter en N2. »

Il n’y a néanmoins que deux niveaux d’écart entre les deux clubs. « Nous n’avons rien à perdre, nous ferons en sorte de leur rendre la tâche la plus compliquée possible, poursuit le technicien du MTGFC. On vendra chèrement notre peau. Sur le plan sportif, on va se préparer comme toujours, rien ne va changer. Hors terrain, l’engouement de la plus belle compétition de football en France donne une ferveur assez spéciale dans notre ville et département, donc l’organisation sera assez spéciale. »

Pour Panazol, « la Coupe, c’est la cerise sur le gâteau »

Le troisième représentant due Régional 2 est l’AS Panazol, qui va recevoir l’AS Vitré. Et le club de Haute-Vienne a déjà éliminé un club de National 2 au tour précédent, Angoulême Charente FC. « Ce match sera encore plus dur car nous ne sommes plus une surprise et l’AS Vitré est averti, assure l’entraîneur Amine Ihrab. Je veux que mes joueurs se transcendent, qu’ils ne jouent pas à leur niveau de d’habitude et gardent en tête cet aspect mental et rationnel. L’émotion ne doit pas prendre le dessus. Il faudra être bon tactiquement, être solide et amener un peu de folie à l’aide de notre public. »

Battu à Tulle dans le match au sommet du groupe C de Régional 2 Nouvelle-Aquitaine (0-2), sa première défaite de la saison, l’AS Panazol va donc vouloir rebondir même si cette première partie de saison est très longue. « Il faut arriver à gérer les blessures, l’âge, la fraîcheur et la charge de travail, concède le technicien panazolais. J’ai un petit passé de joueur amateur, donc j’arrive à me mettre à leur place. De toute façon il faut s’adapter pour être prêt le week-end. Les joueurs doivent rester impliqués, notre objectif est d’accéder à la R1, la Coupe, c’est la cerise sur le gâteau. » Et la gâteau, ces trois clubs de Régional 2 ont tous envie de le mordre à pleine dent !

>>> Le programme complet des trente-deuxièmes de finale

SHARE