Michaël Gaougaou
Michaël Gaougaou a été un des artisans majeurs de la montée de Quetigny en National 3. (Photo DR)2
Bannière stages Louza

A 23 ans, Mickaël Gaougaou a inscrit 28 buts en Régional 1 sous les couleurs de Quétigny, promu en N3, cette saison. Le meilleur buteur de la division en France s’est confié sur cette réussite et revient également sur son profil… et son avenir !

Mickael, avec 28 buts inscrits en Régional 1 à Quétigny, tu es le meilleur buteur de la division en France. Comment l’expliques-tu ?

« J’ai eu de la réussite cette saison mais j’ai beaucoup travaillé l’été dernier. Je le sentais aussi que j’en étais capable mais ça ne tombe pas du ciel, il a fallu beaucoup bosser. J’ai marqué à tous les matches cette saison, j’étais à 13 unités en décembre et je m’étais fixé comme objectif d’atteindre le double, soit 26 buts en mai. Finalement, j’ai réussi à faire mieux (rires). »

Quel est ton profil ?

« Je suis un attaquant qui aime beaucoup la profondeur, pas avare d’efforts, que ce soit défensivement ou offensivement et je pense que j’apporte beaucoup à ce niveau. J’ai réussi à baser mon jeu sur la percussion et la profondeur mais surtout à gommer ce qui pêchait dans le passé. J’avais parfois tendance à « trop porter le ballon », à vouloir trop en faire et je me suis remis en question à ce niveau-là. Ce n’était plus possible de jouer en senior comme un U19. »

Un joueur a inspiré ton jeu en particulier ?

« C’est clair qu’aujourd’hui, on regarde énormément Kylian Mbappé, pour son âge mais aussi pour son talent. Il a une efficacité incroyable mais c’est comme la réussite, il la provoque. C’est un modèle de réussite et en tant qu’attaquant et on ne peut que s’en inspirer. Ce qui me fascine le plus, c’est son aisance à prendre la profondeur, sa vitesse et sa percussion. Des éléments de base de mon jeu également. »

Mickaël Gaougaou : « Je n’ai pas voulu griller les étapes »

A 23 ans, penses-tu que le sens du but est inné chez toi ?

« J’ai commencé à l’ASPTT Dijon, en U17DH et en U19DH avant grimper à l’échelon national. La saison suivante, j’avais également réalisé une grosse saison en U19DH en inscrivant une trentaine de buts à l’USC Dijon, des statistiques qui m’ont ouvert les portes de la CFA2 à Selongey… même si j’avais quelques propositions pour signer en U19 National. Mais je n’ai pas voulu griller les étapes. »

Depuis, c’est à Quétigny que tu brilles…

« C’est ma quatrième année au club et franchement, c’est le parfait environnement pour évoluer, un club qui a su se structurer mais surtout qu’il me fallait pour me (re)lancer. Il y a une bonne ambiance, un président à l’écoute, un groupe de qualité, de bonnes infrastructures… notre terrain d’honneur est un des meilleures de la région. »

« Le but n’est pas de pas monter et redescendre dans la foulée »

Un club que tu as contribué à faire monter en N3 !

« On avait comme objectif de finir dans le haut du classement, du moins tenter d’accrocher le podium. Nous avions commencé la saison par deux matches nuls et on s’est dit que ça allait être compliqué si on ne changeait pas le cours des choses. On a pris match après match, victoire après victoire et on a retrouvé cette réussite qui nous a permis d’accrocher la tête du championnat ! »

Selon toi, le groupe est-il prêt à affronter le niveau supérieur ?

« Oui et non mais le club est conscient que le but n’est pas de pas monter et redescendre dans la foulée. On verra comment se passe le recrutement, entre arrivées et départs, mais il s’agira surtout de faire une belle saison pour la deuxième fois ou Quétigny accède au N3 dans son histoire. »

Qu’en est-il de ton avenir ? Feras-tu partie de l’aventure en N3… à Quétigny ou ailleurs ?

« Sans faire la fine bouche, j’aimerais aller le plus haut possible. Je sais qu’à l’heure actuelle, je peux évoluer en National 3, voir au-dessus. Je ne ferme la porte à aucun club car je sais que j’ai des propositions, que je suis observé. J’étudie les offres mais je préfère prendre mon temps et s’il faut s’exporter, je le ferai. Je peux d’ailleurs compter sur les conseils précieux de mon président, qui a connu le monde professionnel, et qui je suis sûr voudra le meilleur pour moi. »

SHARE