Michel Tronson, acteur de la victoire des U19 à l'Euro
Michel Tronson, acteur de la victoire des U19 à l'Euro

Chef de délégation des U19 champions d’Europe, l’ancien président de la Ligue Atlantique se confie sur ses cinq semaines vécues avec les Bleuets lors de l’Euro en Allemagne.

« C’était inattendu ! » En retrait tout au long de l’Euro U19, Michel Tronson est apparu le premier sur le podium lors de la remise des médailles d’or et de la coupe après la belle victoire de l’équipe de France U19 au championnat d’Europe de la catégorie, dimanche dernier… conformément au protocole.

Chef de la délégation française, le vice-président de la Ligue de Football Amateur – et ancien président de la Ligue Atlantique de Football – ne savait d’ailleurs pas qu’il devait se présenter en premier.

« Quand le délégué de l’UEFA m’a dit que je devais monter, suivi des joueurs, je lui ai demandé que ce soit le sélectionneur et ses adjoints qui soient juste derrière moi, raconte-t-il. Ludovic Batelli et son staff ont réalisé un très gros travail durant les cinq semaines de préparation. Il était normal que ce soit mis en valeur. » 
Depuis la préparation au Centre technique Henri-Guérin de Ploufragan jusqu’à l’apothéose à la Rhein-Neckar-Arena, Michel Tronson a vécu le parcours des Bleuets en coulisses mais avec un œil avisé.

« Impressionné par Amine Harit ! »

Michel Tronson a été un spectateur averti tout le long de l'Euro U19 remporté par l'équipe de France.
Michel Tronson a été un spectateur averti tout le long de l’Euro U19 remporté par l’équipe de France.

« Je suis très fier du match que les joueurs ont réalisé en finale, que ce soit sur le plan technique, le comportement, la solidarité, assure-t-il. Sincèrement, je n’ai jamais eu peur, que ce soit en demi-finale contre le Portugal ou face à l’Italie au cours de ce tournoi tellement je sentais le groupe fort, discipliné, confiant, serein, avec des talents individuels capables de faire basculer une rencontre à tout moment. »

Le fondateur de l’école de formation pour sportifs de haut niveau, aujourd’hui nommée CENS, a aussi un certain regard sur la prestation des jeunes joueurs, et des trois Nantais particulièrement.

« Certains joueurs sont déjà habitués aux joutes professionnelles, tels Jean-Kévin Augustin au PSG, meilleur buteur et meilleur joueur de la compétition, Issa Diop à Toulouse, Olivier Boscagli à Nice ou Ludovic Blas à Guingamp. Et parmi ceux qui n’ont pas cette expérience, j’ai été impressionné par Amine Harit. Il est capable de dynamiter un match comme ce fut le cas en finale où il a largement contribué à déstabiliser le bloc italien. Clément Michelin également, très bon dans le couloir droit et auteur de trois passes décisives. J’ai juste un regret pour Enock Kwateng qui n’a pu montrer tout son talent, diminué par une angine ! Quant à Quentin Braat, il a joué à la perfection le délicat rôle de second gardien. »

« Un collectif peut valoriser des individualités. »

Ce rassemblement de l’élite européenne a attiré de très nombreux observateurs, les scouts de tous les clubs qui comptent. « J’ai entendu parler de plus de deux cents recruteurs présents pour une demi-finale » rapporte Michel Tronson. Mais au-delà de la qualité de chaque joueur, j’ai pu voir durant ce tournoi à quel point un collectif peut valoriser des individualités. Et la construction patiente et méticuleuse de ce collectif, c’est le résultat de deux ans de travail de Ludovic Batelli et son staff ! »

Il reste à présent à ce groupe de poursuivre son chemin jusqu’au Mondial U20 l’an prochain en Corée-du-Sud, dont il sera forcément un des favoris. Avec Michel Tronson ? « Je ne sais pas encore. Je reste très attaché à cette génération, mais c’est dans un an… On en reparlera plus tard. Pour le moment, je savoure et apprécie le privilège que j’ai eu de vivre cette aventure sportive exceptionnelle. »

PARTAGER