Michel Platini a décidé de revenir dans le football... et pourquoi pas à la FFF ? (Photo UEFA.com)

Dans un entretien à l’Equipe, l’ancien président de l’UEFA, dont la suspension sera levée le 8 octobre, n’exclue pas de se présenter à la FFF.

Mardi 8 octobre, la suspension de Michel Platini va prendre fin. Après quatre ans en retrait, l’ancien président de l’UEFA s’est confié dans une longue interview au quotidien L’Equipe. « Mon meilleur souvenir, c’est d’avoir pu prendre le temps, a-t-il confié. Je pars où je veux, quand je veux, sans être stressé. Pour la première fois de ma vie, je n’avais plus de rendez-vous. J’ai découvert la liberté, ça n’a pas de prix. »

S’il est revenu sur sa suspension – « De quel droit des abrutis à la FIFA, une organisation privée, pouvaient m’empêcher de travailler ? » – une question sur les prochaines élections à la Fédération Française de Football, qui auront vraisemblablement lieu en décembre 2020, retient notre attention.

« Plein de choses bougent ou vont bouger ! »

« Des copains me conseillent d’y aller, d’autres me disent : « C’est quoi l’intérêt d’être président de la FFF quand on a été président de l’UEFA ? » a-t-il assuré. Mais même cette échéance-là me paraît lointaine. Je n’y ai pas encore vraiment pensé. » Il entretient donc le suspense, sachant que Noël Le Graët n’a toujours pas annoncé s’il souhaitait se présenter ou non pour un troisième mandat consécutif.

« Il y a un proverbe italien qui dit : « Quand les portes se ferment, les portails s’ouvrent. » Une fois ma suspension terminée, on verra comment les gens me considèrent, ce qu’ils me proposent. J’attends de voir leur regard sur moi. » Michel Platini reste donc discret sur ses intentions… avant de sonder son réseau. « Maintenant, je sais aussi qu’en quatre ans, parmi les dirigeants, les votants, beaucoup ont changé. Plein de choses bougent ou vont bouger. »


Noël Le Graët préfère Didier Deschamps

Le quotidien L’Equipe a interrogé le président de la FFF sur une possible candidature de Michel Platini. « Si la Fédération l’intéresse, évidemment que c’est un bon candidat. Après, il faut être élu. Mais c’est tout à fait respectable s’il le souhaite. J’avais été un petit peu choqué ou déçu par ses propos. Mais le temps passe. Franchement, je n’ai jamais de rancune contre qui que ce soit. »

Mais Noël Le Graët a un candidat tout trouvé pour sa succession. « J’ai souhaité que ce soit Didier dans quelques années… On verra. Et je peux assurer l’intérim en attendant qu’il soit prêt… » Même si le président de la FFF semblait rigoler, cette sortie n’est pas anodine.

PARTAGER