Michel Moulin est officiellement candidat à la présidence de la FFF

113
Michel Moulin
Michel Moulin s'est officiellement déclaré candidat à la présidence de la FFF. (Capture d'écran RMC Sports)

Dans un entretien au Figaro, Michel Moulin annonce officiellement qu’il est candidat à la présidence de la Fédération Française de Football.

Alors que Noël Le Graët n’a toujours pas annoncé s’il serait candidat à sa propre succession, la course à la présidence de la Fédération Française de Football s’accélère. Après Frédéric Thiriez, qui a officialisé sa candidature le 15 décembre dernier, c’est au tour de Michel Moulin d’annoncer qu’il souhaitait briguer le poste de n°1 du foot français.

« J’ai mal à mon football, celui que j’aime est quasi-mort, a-t-il confié dans une interview dans Le Figaro. Le football amateur est en fin de vie et pas seulement en raison de la crise du Covid-19. Il y a de moins en moins de licenciés chez les hommes. On perd des bénévoles et sans bénévoles, pas de football. J’ai une double casquette. Celle d’entrepreneur manager et celle de passionné. »

Le créateur de Paru Vendu ou du 10 Sport compte déjà une équipe de personnalités derrière lui. « Ma candidature n’est pas celle d’un ego, mais celle d’un collectif. Je me suis entouré de personnalités et d’experts qui partagent la même passion et la même volonté que moi de réformer le foot français en profondeur. »

« Il faut décentraliser la FFF ! »

Parmi les soutiens de Michel Moulin, on trouve Max Guazzini (ancien président du Stade Français rugby), David Douillet (champion de judo), Bernard Squarcini (ex-patron de la Direction centrale du renseignement intérieur) Christine Kelly (journaliste sur CNews) ou encore Jennifer Madiot (la femme de Marc Madiot, le patron de l’équipe cycliste Groupama-FDJ).

« Il faut que la Fédération soit au service des clubs et pas l’inverse, assure-t-il. Elle n’a aucune reconnaissance pour le monde amateur, même en cette période difficile du Covid-19. Il faut décentraliser la FFF, trop parisienne, et que les présidents de Ligue et de district soient rémunérés comme de vrais chefs d’entreprise avec des objectifs chiffrés. Les éducateurs du foot devraient aussi être payés à leur juste valeur. »

Michel Moulin devrait désormais commencer sa campagne et faire le tour des Ligues afin d’expliquer son projet comme le fait déjà Frédéric Thiriez depuis quelques semaines.

Michel Moulin n’hésite pas à mouiller le maillot comme ici en 2012 à Orléans.