Mathieu Guillaud, le « monsieur Coupe » de Rumilly Vallières

Mathieu Guillaud sous le maillot du GFA74 en coupe de France
Mathieu Guillaud (à gauche). Crédit photo : GFA74
Bannière stages Louza

Ce mercredi Rumilly Vallières jouera sa place en quart de finale de la coupe de France lors de la réception d’une autre formation de National 2, le Puy. Pour l’occasion, le milieu de terrain offensif Mathieu Guillaud pourrait poursuivre sa belle histoire avec les coupes, née il y a déjà plus de 10 ans.

Saison 2008-2009. L’équipe juniors du FC Échirolles, alors entraînée par Najib Tebai, écrit un des plus beaux chapitre de l’histoire du club isérois en Gambardella. Le FCE élimine Montpellier (2-0) puis Macon (0-0, 2-4 aux tirs au but) pour se hisser jusqu’en 8ème de finale de l’épreuve. L’aventure s’arrêtera malheureusement là pour le petit poucet avec une défaite face à l’Olympique Lyonnais de Jérémy Pied (0-3) devant plus de 1500 personnes.

Des souvenirs impérissables pour Mathieu Guillaud. Les premiers d’une longue et belle histoire d’amour avec les coupes. Il est même le capitaine lors de cette belle aventure au sein club qui l’a vu naître au football. « J’ai toujours joué à Échirolles en jeunes où j’ai commencé à l’âge de 5 ans. Je vivais là bas, aussi bien famille que copains étaient très foot donc c’était une évidence d’aller jouer au FCE. J’y suis resté jusqu’à ma troisième saison de seniors. La Gambardella, c’est le souvenir le plus marquant oui, on avait un super groupe, un super staff, on sort Montpellier, on joue dans un stade plein face à Lyon… ».

Un quart de finale avec Chambéry pour Mathieu Guillaud

C’est à Chambéry que le chapitre suivant des aventures du kiné va s’écrire. Cette fois-ci en coupe de France, en 2011. Et quel chapitre ! En compagnie de Guillaume Bemenou, Fabien Tissot-Rosset, Selim Bengriba et autre Aïssa Yahia-Bey, Guillaud élimine successivement Monaco (Ligue 1, aux tab), Brest (Ligue 1, aux tab) et Sochaux (Ligue 1, 2-1) avant de tomber en quart de finale contre Angers (0-3) devant 15 000 spectateurs au Stade des Alpes. « Mon plus beau souvenir », explique Mathieu Guillaud. « Avec un élan populaire incroyable, aussi en dehors des matchs. On avait des gens aux entraînements, en championnat… C’est peut être même encore davantage là qu’on se rend vraiment compte de l’aspect magique de la coupe. »

Après son expérience à Chambéry, Mathieu Guillaud rejoint l’ETG, Saint-Priest, Annecy et Cluses avant de débarquer à Rumilly Vallières l’été dernier… pour vivre cette nouvelle expérience « coupe ». Malgré le contexte très différent, il savoure. « En ayant connu des parcours sans huis-clos et sans toutes ces restrictions qui font qu’on a personne à nos entraînements par exemple, les émotions sont moins fortes pour moi. Mais cela reste quand même magnifique et ceux qui n’ont pas encore connu ce genre de choses profitent à fond et vivent cette « magie » dont je parlais. »

A l’image Chambéry, le GFA a construit son parcours sur quelques séances de tirs au but. Face à Annecy, en 16ème, Guillaud a d’ailleurs pris ses responsabilités après être entré en toute fin de match. « On n’avait rien calé sur cette séance, c’est le coach qui prend la décision. Quand il nous fait rentrer en toute fin de match il ne nous dit pas qu’on va tirer. Après si on rentre à ce moment là on se doute qu’il a une petite idée (rires) mais cela rester à nous de prendre la responsabilité. C’est vrai qu’on est en confiance, avec un gardien en confiance, avec nos qualifications aux tab lors des tours précédentes, mais cela reste toujours un exercice difficile. »

Nul doute que si l’occasion se présente ce mercredi le milieu de terrain n’hésitera une nouvelle fois à prendre ses responsabilités pour tenter d’écrire une page supplémentaire à sa très belle histoire avec les coupes.

SHARE