Après la décision du District de Dordogne de faire rejouer un match après visionnage d’une vidéo de supporter, la Ligue de Nouvelle-Aquitaine a tenu à apporter des précisions.

La décision de la Commission départementale des arbitres (CDA) du District de Dordogne continue à faire des vagues. Pour rappel, cette commission a décidé de faire rejouer un match après le visionnage d’une vidéo prise par un spectateur. Dans le procès-verbal, elle constate « que l’arbitre a fait une mauvaise application de la loi 11 en ne sanctionnant pas le joueur de Condat qui s’est placé devant le gardien de but de Saint-Genies-Archignac lors d’un coup franc masquant ainsi sa visibilité. » Mais le District de Dordogne a aussi indiqué avoir consulté le juriste de la Ligue de Nouvelle-Aquitaine. Or l’instance régionale a tenu à répondre via un communiqué où elle ne manque d’égratigner la décision de la commission départementale.

« A toutes fins utiles, la Ligue de Football Nouvelle-Aquitaine rappelle aux Districts et à leurs commissions départementales que les réserves techniques déposées en cours de match ne peuvent être recevables et donc étudiées que si elles concernent une mauvaise application des lois du jeu. En aucun cas, il ne doit être question de rejuger des actions de jeu après match en se servant de moyens vidéos pour mettre en avant des erreurs d’interprétation. Pour rappel et à titre d’illustration, une mauvaise application des lois du jeu vise, par exemple, une erreur quant au choix de la reprise du jeu (balle à terre au lieu de coup-franc indirect, par exemple). Ce qui est du ressort de l’interprétation des arbitres dans leurs décisions n’entre pas en ligne de compte : but marqué, hors-jeu sifflé, coup-franc accordé, ballon sorti du terrain,… En l’espèce la Commission d’Arbitrage de la Dordogne est seule responsable de sa décision et ne saurait se prévaloir de la validation de la Ligue de Football de Nouvelle Aquitaine. »

Au mois de novembre dernier, la Commission fédérale des arbitres avait d’ailleurs fait une mise au point à ce sujet en rappelant « que selon la loi 5 des lois du jeu IFAB les décisions de l’arbitre en rapport avec le jeu sont irrévocables et que l’observation des vidéos ne peut, en aucun cas, servir à remettre en cause une décision de l’arbitre qui relève de son appréciation ». Dans ce courrier de demande d’information auprès de l’instance qui régit les lois du jeu, il avait été noté que « le rôle des commissions n’est de ré-arbitrer le match ».

Autant dire que cette décision du District de Dordogne sera forcément cassée en appel auprès de la Ligue de Nouvelle-Aquitaine. Ce qui paraît plutôt logique. Surtout que de très nombreux arbitres ont réagi avec véhémence à cette décision qui déjugeait un officiel.


PARTAGER