Photo US Saclas Mereville

L’US Saclas Mereville (Essonne) a écrit à la Ministre chargée des sports afin de lui faire part de ses difficultés avec l’application du Pass sanitaire.

Depuis plusieurs semaines, de nombreux clubs amateurs ont des difficultés avec la mise en place du Pass sanitaire. Entre licenciés réfractaires ou manque de bénévoles, ces associations de taille moyenne ont une visibilité très incertaines sur la saison. C’est notamment le cas de l’US Saclas Mereville, club de l’Essonne qui comptait 268 licenciés en 2020-2021.

« En foot à 11, c’est très compliqué, explique Nicolas David, le président du club. En coupe de France, on avait que six joueurs vaccinés sur le groupe de vingt. On est un club avec des effectifs qui ne sont pas très fournis donc on risque de souffrir, surtout que certains parents de veulent pas faire vacciner leur enfant. On y arrive pour l’instant mais quand tout le monde aura repris, on va avoir beaucoup de mal au niveau logistique. »

Il espère donc que de nombreux clubs vont reprendre son courrier. « L’idée est qu’on nous le renvoie puisque nous le ferons passer au Ministère, précise-t-il. Car ce n’est pas juste que les enfants fassent du sport sur notre terrain avec l’école mais qu’on doive leur demander le Pass sanitaire pour faire du sport avec le club. » Pas faux en effet…


Madame la Ministre,

Monsieur le Président de la Fédération Française de Football,

Nous, membres d’associations sportives de différentes tailles et exerçant à différents niveaux, venons vers vous concernant le PASS SANITAIRE et la mise en place de son protocole.

Tout à bord nous tenons à préciser que nous sommes, pour certains clubs, tous bénévoles et parfois diplômés pour quelques éducateurs tandis que d’autres clubs fonctionnent avec des encadrants et des dirigeants rémunérés. Mais surtout, nous exerçons tous dans le cadre d’associations à but non lucratif. L’objectif de nos clubs est de donner la chance à nos licenciés de pratiquer leur sport sans aucune discrimination.

Vous n’êtes pas sans savoir que le fonctionnement de clubs sportifs en milieu associatif se fait grâce à la passion et la disponibilité des bénévoles. Toutes les activités que nous proposons sont en totale adéquation avec les valeurs chères au milieu du sport à savoir le dépassement de soi, l’équité, le travail d’équipe, l’égalité, la discipline, l’inclusion, la persévérance et le respect (valeurs citées par l’UNESCO).

Durant ces 2 dernières saisons sportives, la COVID-19 a mis à mal notre fonctionnement.

Malgré tout, nous nous sommes adaptés et avons su garder ce lien, aussi tenu soit-il, avec nos licenciés et leurs proches en leur proposant des ateliers et challenges virtuels dans un 1er temps puis en bouleversant profondément notre organisation afin de pouvoir accueillir à nouveau nos licenciés dans nos structures tout en respectant les règles sanitaires en vigueur. Cette adaptation ne s’est pas faite sans mal car tous autant que nous sommes, nous, membres d’association sportives à but non lucratif accumulons vie professionnelle, vie associative et vie privée. La bienveillance était alors le mot clé.

Aujourd’hui, nouvelle étape et quelle étape !

Pass sanitaire obligatoire pour nos licenciés majeurs dans un 1er temps puis mineurs à partir du 30 septembre.

Ce protocole va à l’encontre des valeurs du sport citées plus haut mais aussi à l’encontre des valeurs de la vie associative, valeurs citées par Monsieur Gabriel Attal : « Nos associations sont un trésor : sans elles, notre République n’aurait pas tout à fait le même visage. En portant les valeurs d’entraide, de solidarité et de fraternité, elles permettent une économie plus humaine, une société plus solidaire et sont une école de la citoyenneté et de la démocratie pour de nombreux jeunes ».

Mais comment mettre en place ce nouveau protocole (vérification du pass sanitaire pour toutes personnes entrant dans la structure sportive) en respectant ces valeurs ?

Comment, nous, membres d’associations sportives bénévoles, allons pouvoir mettre en place la logistique qu’exige ce contrôle de pass sanitaire sans moyen humain supplémentaire sachant déjà que la vie associative doit faire face à une baisse conséquente du nombre de bénévoles ?

Comment allons-nous expliquer à nos licenciés que nous devons leur refuser l’accès au sport tout en sachant que les activités sportives en milieu scolaire ne sont soumises à aucun protocole et que les mêmes installations sportives sont utilisées pour l’école et le sport en association ?

Tout simplement, comment donner la chance à nos licenciés de s’épanouir ?

Entre ces incompréhensions et ces difficultés beaucoup d’entre nous, bénévoles, ne s’engagent plus. Nous nous sentons abandonnés, incompris, lésés.

Le but de cette lettre n’est pas de polémiquer mais uniquement de partager notre sentiment, de faire entendre notre voix alors que nous avons toujours respecté les différentes décisions gouvernementales liées à la situation sanitaire.

Nous ne parlons pas finance mais bien-être et bienveillance pour nos associations, nos licenciés, leurs proches.

Nous souhaitons tout simplement être mis au même niveau que l’école. N’imposez pas le contrôle du pass sanitaire aux associations.

D’avance merci de l’attention que vous porterez à notre demande.

SAUVONS LES VALEURS DU SPORT !

ENSEMBLE GRANDISSONS

Le comité directeur de l’US Saclas Mereville


SHARE