Souleymane Diallo devrait quitter le territoire français le 7 janvier !
Souleymane Diallo devrait quitter le territoire français le 7 janvier ! (Photo US Mont-Blanc)

Régulièrement, des clubs amateurs se mobilisent pour éviter l’expulsion de joueurs étrangers intégrés dans leur association. C’est le cas du club savoyard.

Depuis dix jours, l’US Mont-Blanc est mobilisée pour éviter l’expulsion de Souleymane Diallo. Le jeune joueur guinéen, arrivé depuis septembre 2016 en Haute-Savoie, a en effet reçu il y une dizaine de jours une Obligation de quitter le territoire français (OQTF)… à partir du 7 janvier !

« Dès qu’on a pris connaissance de cette décision, on a tout de suite fait une réunion au club pour se demander ce qu’on pouvait faire, explique Marc Bervac, l’entraîneur général du club haut-savoyard. On a mis en place une action au club dès le week-end suivant. Beaucoup de gens sont venus témoigner en faveur de Souley qui est quelqu’un d’exemplaire, qui nous a beaucoup amené humainement ! »

Car Souleymane Diallo s’est parfaitement intégré depuis presque trois ans. « Il a un comportement exemplaire sur le terrain et en dehors en participant notamment à de nombreuses manifestations au sein du club, ajoute Jean-Luc Métral, le président de l’US Mont-Blanc. C’est un modèle d’intégration et un exemple pour les plus jeunes. Ce serait un gros problème pour nous de le perdre. Nous ferons tout e qui est en notre pouvoir pour qu’il puisse rester au sein du club. »

« Prouver que les liens sociaux existent bien ! »

Le jeune Guinéen est notamment scolarisé avec un contrat d’apprentissage de peintre. Il doit d’ailleurs passer son CAP en mai prochain. La mobilisation a atteint les élus à l’exemple du maire de Sallanches. « Il est vraiment inséré dans la société, c’est ce qu’on demande pour que les gens restent sur notre territoire, souligne Georges Morand, le premier magistrat sallanchard. Quand les gens ont fait cet effort, ce travail de fond, je ne vois pas pourquoi on les empêcherait de rester en France. »

La pétition lancée par le club est toute proche des 5 000 signatures et l’avocate de Souley va faire appel de la sanction administrative. Car le pire, c’est que le Préfecture de Haute-Savoie notifie que le Guinéen « n’a pas créé de liens sociaux forts » … ce qui laisse perplexe tout le club de l’US Mont-Blanc Passy Saint-Gervais qui « veut prouver que ces liens existent bien ! »

PARTAGER