Photo http://www.mhscfoot.com

Notre rédaction a tenu à rendre hommage à Louis Nicollin, l’emblématique président de Montpellier, décédé ce jeudi le jour de ses 74 ans.

« Ceux qui me connaissent bien ne peuvent pas penser que j’abandonnerai la Paillade. » Le 22 juillet 2014, Louis Nicollin avait assuré qu’il ne quitterait jamais son poste de président du Montpellier Hérault Sport Club, en réponse à certaines rumeurs. Et Loulou a tenu parole. Il resté jusqu’au bout… jusqu’à ce jeudi 29 juin où il est parti. Pour toujours.

Loulou, tu es vraiment incorrigible ! Quelle idée de nous faire ce coup-là le jour de tes 74 ans. Quelle idée de t’en aller avant d’entamer ta quarante-quatrième saison à la tête de ce club que tu as emmené de la Division d’Honneur à la Ligue 1, avec une coupe de France (1990) et un titre de champion à la clé (2012). Quelle idée de partir alors que tu tenais tant à revoir Michel Der Zakarian à la tête du MHSC.

Loulou, tu es vraiment incorrigible ! Tes phrases chocs vont nous manquer. Comme ce 13 mai 2012 après la victoire de Montpellier contre Lille : « C’est fabuleux. Un petit nul à Auxerre, et branlette espagnole ! » Ou cette fameuse réaction à propos des supporters niçois : «Ils m’ont fait rire à nous dire qu’on était des suceurs de Marseillais. Mais on n’a jamais sucé les Marseillais. D’ailleurs, si on peut les niquer, crois-moi que je serais heureux. » Et même à propos de tes joueurs : « Je les paie plus cher que mes maîtresses. Et mes maîtresses, au moins, elles me régalent la chique. »

Loulou, tu vas nous manquer. Tu étais un personnage incontournable du football français… cet homme que, comme ton ami lyonnais Jean-Michel Aulas, on aime et on déteste à la fois. Notre rédaction tient à apporter ses sincères condoléances à sa famille et ses proches.

PARTAGER