La Ligue de Football des Pays de la Loire est née

204
Brigitte Henriques était présente vendredi au Mans et samedi à Carquefou pour les assemblées générales des Ligues Maine et Atlantique.
Brigitte Henriques était présente vendredi au Mans et samedi à Carquefou pour les assemblées générales des Ligues Maine et Atlantique. (Photo Jérôme Bouchacourt)

Dissoute vendredi soir, la Ligue du Maine a été absorbée samedi matin par la Ligue Atlantique afin de créer la Ligue de Football des Pays de la Loire. Retour sur un moment historique pour le football régional.

« C’est un moment important pour le football des Pays de la Loire. » Ce samedi matin, Yannick Supiot, président du Comité Régional Olympique et Sportif (CROS), a pris toute la mesure de l’instant. Après la dissolution de la Ligue du Maine, vendredi soir lors de son assemblée générale, la Ligue Atlantique a validé l’absorption de cette dernière afin de créer la Ligue de Football des Pays de la Loire (LFPL). « La réforme s’est imposée à nous mais on doit la saisir comme une opportunité car c’est l’occasion de construire un football régional fort et dynamique » a expliqué Alain Durand.

Le président de la Ligue Atlantique a d’ailleurs eu des paroles très fortes devant les représentants de clubs. « Nous ne devons pas former des consommateurs assistés mais des acteurs motivés » a-t-il précisé, comme un message d’alerte à l’encontre de ces acteurs du football qui changent de club tous les ans et qui ne s’investissent jamais. Globalement, il a voulu rassurer les clubs sur cette fusion.

« Aucun emploi ne sera supprimé ! »

Après son discours, une table ronde a été organisée afin d’expliquer les principaux axes de la fusion avec la Ligue du Maine. « Sur le papier, ce rapprochement paraît très simple, a rappelé Brigitte Henriques, secrétaire générale de la Fédération Française de Football, présente aussi la veille à l’AG de la Ligue du Maine. Cette fusion ne veut pas dire que vous devrez renoncer à vos racines locales, votre culture. Au contraire, cette nouvelle Ligue doit s’enrichir de sa diversité. » Différents points ont aussi été abordés comme les actifs financiers, les statuts de la nouvelle Ligue ou les salariés des deux entités. « Aucun emploi ne sera supprimé ! » a d’ailleurs souligné Alain Durand.

Le siège de la nouvelle entité sera à Saint-Sébastien, siège de la Ligue Atlantique, alors qu’une antenne sera installée au Mans dans le siège actuel de la Ligue du Maine. L’assemblée générale élective de la nouvelle Ligue aura lieu le 21 janvier 2017 aux Ponts-de-Cé (Maine-et-Loire). En attendant de connaître la nouvelle équipe dirigeante, les comités de direction des deux Ligues vont gérer le quotidien ensemble. Concrètement, rien ne va donc changer pour les acteurs du football régional. Et le vote dans les deux Ligues a été unanime avec un peu plus de 97% pour la fusion.

Cinq descentes par groupe de Promotion d’Honneur en mai 2018 ?

Le dernier point abordé, et sûrement le plus attendu par les représentants des clubs, a été la réforme des championnats. Au lieu de quatre niveaux de Ligue actuellement, il n’y en aura que trois à partir de la saison 2018-2019. « Nous avons actuellement 229 clubs sur quatre niveaux, nous descendrons à 206 sur trois niveaux (Régional 1, Régional 2 et Régional 3), a indiqué Guy Ribrault, président du District du Maine-et-Loire. En 2018, les cinq Districts auront donc à absorber 23 équipes en provenance des championnats de Ligue. » Ce qui devrait donner cinq descentes par groupe de Promotion d’Honneur Atlantique et Maine en mai 2018 alors que la réforme des championnats nationaux pourrait sauver les onzièmes à la fin de la saison actuelle.