Photo Philippe Le Brech
Bannière stages Louza

Le football français espère depuis 1984 réitérer son exploit olympique qui viendrait à nouveau faire écho à ses deux consécrations mondiales (1998 et 2018) et ses deux Championnats d’Europe (1984 et 2000). Les espoirs de médaille sont grands pour les Bleuets, à moins de deux mois du début des Jeux Olympiques de Tokyo de cet été.

Souvenirs d’un été 84

Au début des années 80, le football français semble atteindre son apogée. En 1982, ce sont des Bleus qui ont ému et impressionné la planète entière qui s’inclinent de justesse lors d’une demi-finale folle de Coupe du monde face a l’Allemagne de l’Ouest. Deux ans plus tard, les larmes sont séchées par Michel Platini et compagnie lorsqu’ils parviennent à soulever le trophée du Championnat d’Europe en finale contre l’Espagne. Ce premier titre majeur français sera tout de suite suivi par une confirmation quelques semaines plus tard aux Jeux Olympiques d’été de Los Angeles. Devant les plus de 100 000 spectateurs du Rose Bowl Stadium de Pasadena, Henri Michel et son équipe de joueurs amateurs se hissent vers le tout premier sacre olympique de la France en football.

Aujourd’hui, toutes les étoiles semblent alignées pour que l’histoire se répète : la France a d’abord vécu une douloureuse désillusion en 2016 en s’inclinant en finale de son Euro face au Portugal, a séché ses larmes en décrochant sa deuxième étoile mondiale deux ans après, et se présente aujourd’hui comme l’une des nations du football les plus redoutées de toutes. Au prochain Euro, organisé par l’UEFA du 11 juin au 11 juillet, soit un peu plus d’un mois avant les Jeux Olympiques de Tokyo, les Bleus de Didier Deschamps sont annoncés comme grandissimes favoris. La cote de victoire finale de l’équipe de France est évaluée à 5 par le site de paris sur le football Betway (le 26 mai 2021) à égalité avec l’Angleterre et devant la Belgique (6). Mais l’équipe de France espoir, qui se déplacera à Tokyo quelques semaines après, pourra-t-elle être à la hauteur des attentes des fans de football français ?

Un tirage au sort favorable

En avril dernier, les hommes de Sylvain Ripoll ont découvert leurs prochains adversaires du tournoi olympique de cet été. Selon Goal.com, ce tirage au sort est plutôt clément. Les Bleuets débuteront la compétition le 22 juillet à 10 heures du matin face au Mexique (équipe sacrée championne olympique à Londres en 2012). Ils enchaîneront ensuite par l’Afrique du Sud le 25 juillet à la même heure, avant de finir leur phase de poule contre le pays hôte, le Japon, le 28 juillet à Yokohama à 13h30.

En principe, en cas de qualification pour le prochain tour, la France devrait éviter de tomber sur l’une des nations favorites dès les quarts de finale : les Bleuets rencontreront une équipe de la poule B, c’est-à-dire la Nouvelle-Zélande, la Corée du Sud, le Honduras ou la Roumanie. L’objectif sera bien sûr d’atteindre la grande finale du tournoi qui aura lieu le 6 août à 13h, d’autant plus que cette année, le football français ne pourra pas compter sur son équipe féminine, passée à côté de sa qualification olympique en 2019.

Un effectif rempli de talents

La liste des Bleuets qui iront aux JO ne devrait pas être trop différente de celle appelée pour terminer l’Euro Espoir durant la fin du mois de mai et le début du mois de juin. Si Sylvain Ripoll a établi une pre-liste de 85 noms dans laquelle on retrouve Kylian Mbappé, dont la présence à Tokyo est très improbable, d’autres noms sont presque assurés d’être de la partie. On devrait y retrouver notamment le duo lillois formé de Jonathan Ikoné et Boubakary Soumaré, récemment sacré champion de France avec le LOSC, mais aussi l’excellent attaquant niçois Amine Gouiri, auteur d’une saison de haut niveau en Ligue 1. Le sélectionneur des A, Didier Deschamps, a aussi préféré se passer du Lyonnais Houssem Aouar et du très prometteur milieu de terrain Eduardo Camavinga pour l’Euro afin de les laisser apporter leur talent chez les espoirs. Sylvain Ripoll pourra également faire appel à trois joueurs supplémentaires âgés de plus de 23 ans pour renforcer l’équipe, comme le permet le règlement.

Absents des Jeux Olympiques depuis 1996 (quart de finale), les Bleuets ont donc rendez-vous avec l’histoire dès le 22 juillet au Japon pour espérer faire briller à nouveau le football français.

SHARE