Le Mans (MMArena) (7)
Le MMArena est devenu stade Marie-Marvingt depuis le 27 juillet. (Photo Philippe Le Brech)

Une pétition a été lancée concernant le nouveau nom du stade choisi par Le Mans car les supporters ne comprennent pas le choix de Marie Marvingt.

Depuis mercredi dernier, une pétition a été lancée par des supporters du Mans FC pour contester le choix du nouveau nom du stade. « On a lancé cette pétition car nous estimons que le nom de Marie Marvingt n’a aucun rapport avec la ville du Mans et qu’il est préférable de mettre en avant une personne du territoire, faute de naming » explique Antonin Gendry, cofondateur du média vidéo Le Muciste.

Cette grande sportive surnommée « la fiancée du danger » est en effet née le 20 février 1875 à Aurillac (Cantal) et morte le 14 décembre 1963 à Laxou, près de Nancy (Meurthe-et-Moselle), mais elle n’a aucun rapport avec la Préfecture de la Sarthe. « Nous regrettons de ne pas avoir été consultés (les supporters du Mans FC, premiers acteurs de ce stade, ainsi que le contribuable, qui continue de financer l’enceinte sportive), précise Antonin Gendry. Si nous ne sommes pas contre mettre une femme, c’est même une très bonne idée, nous préférons que le nom d’une femme de la Sarthe soit mis en valeur. »

« Le stade est comme notre deuxième maison »

Surtout que des Sarthoises auraient pu avoir cet honneur. « Le nom d’Andrée Dupont-Thiersault aurait été plus légitime car c’était une résistante sarthoise durant la seconde guerre mondiale, souligne-t-il. Un nom auquel aurait pu s’identifier tous les Sarthois. Il est vraiment regrettable que les acteurs de ce stade n’aient pas été consultés. Imaginez si l’on change Geoffrey Guichard à Saint-Étienne ou Félix Bollaert à Lens, ce serait un énorme scandale. Le stade serait en feu. »

La pétition a déjà récolté plus de 1 500 signatures en six jours. Et les supporters manceaux espèrent pouvoir peser dans les jours à venir. « Le stade est comme notre deuxième maison, on y consacre beaucoup de notre vie, rappelle Antonin Gendry. On doit avoir notre mot à dire. Ce n’est pas aux politiques de décider du nom d’un bien commun, patrimoine de tous les Sarthois. » Pas sur néanmoins que ce soit suffisant pour changer la décision de la ville et de la Métropole. Affaire à suivre…

SHARE