Photo DR

 Trois, quatre… cinq ! Certains clubs ne savent plus comment ils vont devoir gérer leur calendrier à la suite des nombreux reports de ces dernières semaines. Etat des lieux.

La saison du Tulle Foot Corrèze est-elle déjà tronquée ? A part sa rencontre à Neuville en championnat de Régional 1 le 3 février (défaite 2-3), il faut remonter au 9 décembre pour trouver une trace de la troupe de Cédric Lamour sur un terrain. Avec une belle victoire en coupe de Nouvelle-Aquitaine face à la réserve des Chamois Niortais (National 3). Depuis… rien ou presque.

« La situation est ubuesque, assure l’entraîneur tulliste. Ça ne ressemble plus à rien. On sait forcément que c’est compliqué de jouer en Corrèze en janvier et février. Je ne comprends pas pourquoi on débute la saison aussi tard et qu’on la finit aussi tôt ! » Car fin novembre, le Tulle Foot Corrèze était en tête de son groupe de R1 avec un matelas confortable. Aujourd’hui, il est quatrième. « Le championnat est faussé car avec les reports des journées, certains clubs vont finir la saison par quatre matches à domicile, d’autres par quatre matches à l’extérieur, regrette Cédric Lamour. Quant à nous, on va devoir jouer tous les jours fériés. Ce qui risque d’être compliqué sur la gestion de l’effectif ! »

Des matches en semaine et les jours fériés !

A Arras, la situation n’est pas simple non plus. Septième du groupe C de National 2, le club du Pas-de-Calais compte quatre matches en retard et n’a notamment pas joué entre le 25 novembre et le 13 janvier. Et samedi prochain, pour le déplacement à Sainte-Geneviève, cela fera plus d’un mois que les Arrageois n’auront pas joué en championnat. « On garde nos quatre séances hebdomadaires, on se prépare mais les matches n’ont pas lieu, explique Reynald Dabrowski, le technicien nordiste. Le plus dur est de garder le mental assez haut. Mais c’est aussi compliqué pour les organismes. »

Son équipe va d’ailleurs devoir jouer le mercredi 28 janvier à Viry-Châtillon. Pas simple pour un club qui ne compte que trois contrats fédéraux, dont deux à temps partiel ! « On va devoir poser une demi-journée de congés en espérant que nos employeurs donnent leur accord, poursuit l’ex-entraîneur du CS Avion. Malheureusement, ces matches en retard ne nous permettent pas nous situer dans ce championnat. » Arras jouera deux autres matches en semaine, le 14 mars à Lens et le 28 mars contre Drancy… et il ne reste plus qu’un samedi de libre jusqu’à la fin du championnat : le 5 mai.

Si l’exemple de ces deux clubs est significatif, beaucoup de clubs ont aujourd’hui quatre ou cinq matches en retard. Et comme le règlement exige que tous les rencontres soient jouées avant la dernière journée de championnat, le calendrier risque d’être très chargé d’ici la fin de saison… sauf que la plupart des championnats s’arrêtent très tôt à cause de la coupe du Monde en Russie. « Je ne comprends pas trop car ça m’étonnerait que Didier Deschamps sélectionne un joueur de Tulle » s’étonne Cédric Lamour. Sans commentaire !

PARTAGER