Bannière stages Louza

Chaque week-end apporte son lot d’agressions sur les terrains de football amateur. Les instances régionales et départementales cherchent des solutions.

« En réaction à l’accumulation des violences autour des stades (agressions d’arbitres, d’éducateurs, …), le District Haute-Garonne de Football décrète que le week-end du 7 et 8 Mars 2020 sera journée morte. » Ce mercredi, le comité de direction du District de Haute-Garonne a pris une décision radicale : aucun match de niveau départemental n’aura lieu le samedi 7 et le dimanche 8 mars.

Cette action arrive après la violente agression d’un éducateur de l’US Colomiers lors d’un plateau U9 le samedi 22 février. « Nous n’arrivons pas à gérer la violence venant de ceux qui ne font pas directement partie du monde du football, parents, proches des joueurs notamment, a expliqué Loïc Fevre, directeur administratif du District 31, à nos confrères de La Dépêche du Midi. Nous tirons le signal d’alarme. » Car si les commissions de discipline font leur travail en sanctionnant les licenciés – souvent très lourdement – elles ne peuvent pas grand chose contre les non-licenciés.

En Normandie, la Ligue a immédiatement réagi à l’agression d’un joueur du FC Pays d’Aiglon à Hérouville Saint-Clair lors d’un match de Futsal U18. La première journée des finales régionales de la compétition a donc été interrompue après l’envahissement du terrain par des personnes du public qui ont frappé le jeune joueur. « Aucune manifestation organisée par la Ligue ne se déroulera sur le territoire de Hérouville-Saint-Clair jusqu’à nouvel avis » a indiqué l’instance régionale dans un communiqué ce lundi. La rencontre de Régional 3 U18 entre le SC Hérouville et le FC Pays d’Aiglon, prévue le samedi 14 mars, est aussi reportée.

Dans les Pays de la Loire, la Ligue et les Districts ont décidé de réagir à l’agression d’un jeune arbitre. Celui-ci avait été frappé par un joueur d’Angers Vaillante lors d’un match de Régional U18 contre le Mans Villaret le samedi 15 février. « Conjointement la Ligue, les Districts, l’Association des arbitres (l’UNAF) et l’Amicale des Educateurs (l’AEF) sont à la fois indignés et inquiets de cette évolution inacceptable des comportements dans notre sport, comportements aux antipodes de l’esprit sportif et ses valeurs éducatives » indique le communiqué.

Il est demandé à l’ensemble des clubs de la Ligue de Football des Pays de la Loire de mettre en place un protocole avant chacune des rencontres du week-end des 7 et 8 mars, des matchs des catégories U13 aux Seniors (Féminines, Masculins et Futsal) au cours duquel les capitaines et éducateurs des deux équipes liront un texte sur le respect que doivent avoir les acteurs du football. Pas sûr que ce soit suffisant pour endiguer cette vague de violence…

SHARE