A l’occasion du centenaire de l’armistice de 1918, Footamateur retrace l’essor du football français qui est devenu populaire durant la Première Guerre Mondiale. Tous les jours, nous vous proposons un article sur un thème spécifique.

Episode 3 : les femmes découvrent aussi le football durant la Grande Guerre


Le premier match de football féminin en France date de 1917. Mais comme pour d’autres sujets, les femmes ont dû se battre pour avoir le droit au ballon rond.

Extrait de l’Auto du 2 octobre 1917.
30 septembre 2017. Deux équipes du Fémina Sport, club omnisports féminin basé à Paris, s’affrontent pour le premier match féminin joué en France. « Très belle réunion, les sociétaires étaient nombreuses par suite de la rentrée des vacances. Pour la première fois, des jeunes filles ont joué au football association : la partie fut menée avec un grand entrain » rapporte l’Auto – ancêtre du quotidien l’Equipe – dans son édition du 2 octobre 1917. « Les femmes sont au courant de ce qui se passe sur le front grâce aux lettres de leurs maris, frères ou cousins, explique Michel Merckel, historien du sport. Comme elles ont du temps, elles pratiquent de plus en plus de disciplines sportives, dont le football. C’est un vrai succès ! »

« Le football féminin interdit en 1941 ! »

Le 18 janvier 1918, la Fédération des sociétés féminines sportives de France (FSFSF) est fondée. Elle organise le championnat de France de football féminin à partir de 1919. Le premier match de cette compétition s’est déroulé le 23 mars 1919 au stade Brancion à Paris entre Fémina Sport et En Avant, un autre club parisien. Sur quatorze éditions, Fémina Sport en remporte onze. Car le football féminin va rapidement décliner… « Il y a une volonté délibérée de ne pas développer le football féminin, poursuit Michel Merckel. Les médecins de l’époque assurent que le sport peut détruire leur appareil reproducteur. »
>>> A lire aussi : Le football est devenu populaire grâce à la Grande Guerre
Henri Desgranges, fondateur de l’Auto, est d’ailleurs complètement opposé au football féminin comme il l’affirme en 1925 : « Que les jeunes filles fassent du sport entre elles, dans un terrain rigoureusement clos, inaccessible au public : oui d’accord. Mais qu’elles se donnent en spectacle, à certains jours de fêtes, où sera convié le public, qu’elles osent même courir après un ballon dans une prairie qui n’est pas entourée de murs épais, voilà qui est intolérable ! » En 1941, le régime de Vichy interdit tout simplement le football féminin qu’il juge nocif. Pour le renouveau, il faudra attendre 1968 et l’idée de Pierre Geoffroy, journaliste à L’Union, de mettre sur pied un match de foot féminin dans le cadre de… la kermesse de son journal, à Reims. La FFF va ainsi reconnaître le football féminin dès l’année suivante. Un peu plus de cent ans après le premier match, le foot féminin est aujourd’hui en pleine croissance. Mais le chemin fut long pour que ces dames puissent se faire une place dans le monde du ballon rond.
PARTAGER