Les Herbretais ont fait vibrer toute la France en atteignant la finale de la coupe de France 2018 ! (Photo Lisa Paquereau)

Pourquoi y a-t-il autant d’exploits en Coupe de France alors qu’il n’y en a presque aucun à l’étranger ? Explications…

Chaque année, la Coupe de France passionne les foules. L’une des raisons de cet engouement est que de nombreuses équipes amateurs réalisent l’exploit de battre des professionnels. Par le passé, il y a eu Calais, Montceau-Les-Mines, Carquefou ou Quevilly. Cette année, Vitré qui a notamment battu Lyon-Duchère en 1/8e, a fait un parcours historique.

Au regard de ce qui se passe ailleurs en Europe, la France fait office d’exception. Que ce soit en Espagne, en Italie ou en Angleterre, les équipes des divisions inférieures n’ont pas voix au chapitre. Elles sont systématiquement absentes des tours finaux. Quelle en est la raison ?

Cette année encore, la Coupe de France a réservé de belles surprises. N’oubliez pas que cette compétition est ouverte aux paris sur Winamax. Ouvrez un compte dès maintenant et allez placer votre premier pari sur le petit poucet de la compétition. SI vous perdez, pas de souci : le site rembourse votre mise à hauteur de 100 € maximum. Rendez-vous sur cette page pour en savoir plus quant aux conditions de cette offre.

Coupe de France : aucun passe-droit pour les formations professionnelles

Pour chaque édition, la Coupe de France rassemble plusieurs milliers d’équipes. Chaque équipe a le droit d’y participer. Pour l’édition 2018, ce sont près de 7 000 équipes qui étaient engagées. La compétition se joue en élimination directe : 90 minutes + prolongations + pénaltys.

Les clubs de Ligue 1 ne font leur apparition qu’au 9e tour (32e de finale) et les clubs de Ligue 2 au 7e tour. À partir des 32e de finale, toutes les équipes peuvent se rencontrer. Jusqu’au tour précédent, elles se rencontraient par région. De plus, si un club en rencontre un autre jouant au minimum deux divisions au-dessus de lui, le « petit » jouera toujours à domicile.

Pourquoi le format de la Coupe de France avantage-t-il les petites équipes ?

Premièrement, sur un seul match, les chances de réaliser un exploit sont relativement élevées. Deuxièmement, sur l’ensemble de la compétition, il y a 44 équipes professionnelles sur un total de plus de 7 000 participants. Les chances de retrouver une équipe amateur dans les derniers tours sont donc mathématiquement assez élevées.

Le système de match à l’extérieur pour les grosses formations contre les petits avantage clairement les amateurs. Lorsque les professionnels entrent dans la compétition, on est au creux de l’hiver. Les entraîneur font généralement tourner leurs effectifs. De plus, les rencontres se jouent sur des pelouses quelque fois difficiles qui ne favorisent pas le jeu technique. Résultat : c’est l’équipe qui met le plus d’intensité qui a le plus de chance de l’emporter. Les outsiders jouent le match de leur vie en prenant à la gorge un adversaire qui n’arrive pas à dérouler son jeu, qui plus dans un stade ouvertement hostile. Les conditions sont donc réunies pour que les grosses écuries se fassent éliminer.

(Crédit photo : bcvfc.footeo.com)

La Coupe de France : un format absolument unique en Europe

Dans aucun autre pays d’Europe, on ne trouve autant d’équipes alignées en coupe nationale. En Angleterre, il y a un peu plus de 700 équipes engagées, contre seulement 83 en Espagne, 64 en Allemagne et 78 en Italie. C’est outre-Rhin que l’on rencontre le plus fort taux de « petites » équipes : cette année, on rencontrait 5 équipes de 5e division au 1er tour.

Le format de chaque compétition est pensé de manière à écrémer rapidement les petites équipes. En Espagne par exemple, les rencontres se jouent en aller-retour avec le premier match sur la pelouse du « petit ». De plus, la Fédération s’arrange pour qu’un maximum de 12 équipes (comprises entre la 2eet la 4e division) arrive en 1/16ede finale.

En Italie, les 8 meilleures équipes de série A débutent la compétition au stade des 8e de finale et ont l’assurance de ne pas se rencontrer avant les quarts. Elles joueront donc forcément contre une formation plus faible. À savoir que de l’autre côté des Alpes, seules les équipes de Série A, B, C et D sont concernées par la coupe.

L’Angleterre, de son côté, donne sa chance aux équipes jouant de la 1reà la 10e division, mais il n’y a pas d’inversion de match. De plus, les rencontres se jouent en aller-retour avec un système de replay en cas d’égalité. Ce format avantage donc les clubs avec un effectif très large.

(Crédit photo : district-foot95.fff.fr/)

Coupes nationales et le foot-business : la France fait de la résistance

En Coupe de France, les équipes amateurs peuvent aller très loin, même jusqu’en finale au Stade de France. Si les exploits déchaînent autant de passions, pourquoi ce modèle est-il boudé partout ailleurs en Europe ? Pourquoi les autres pays font-ils en sorte qu’aucune équipe faible ne se hisse aux dernières marches ? La réponse est simple : l’argent.

La question des droits télévisuels au centre de la compétition

En France, la coupe passionne les foules, mais très peu les annonceurs. Les 32e de finale, là où les clubs de L1 entrent dans la danse, ne sont diffusés que sur Eurosport 2 et en multiplex. Par contre, certaines rencontres sont retransmises en intégralité sur les chaînes régionales (France 3). Il ne s’agit toutefois que de matchs où sont alignées des équipes de Ligue 1.

En Angleterre, par exemple, où les droits télé sont bien plus élevés qu’en France, ce sont donc les grosses équipes reçoivent. Premièrement, cela permet d’assurer aux téléspectateurs une rencontre dans un stade plein avec une pelouse de qualité. Deuxièmement, les annonceurs ont la garantie de pouvoir diffuser sur les écrans publicitaires situés aux abords de la pelouse. Ce genre d’installations n’est accessible que dans de grands stades. Il faut donc faire en sorte que les matchs s’y déroulent.

L’incertitude des rencontres : l’ennemie des instances du football

Si le format Coupe de France n’a pas encore fait l’objet d’attaque officielle de la part des instances du football, il ne fait aucun doute qu’en haut lieu il ne plaît pas. Comme le note Christian Bromberger dans une interview donnée au journal du CNRS : « Mais ces compétitions (coupes nationales) sont boudées par les grands clubs et les organismes européens, précisément parce que l’incertitude y est trop importante et qu’ils y ont beaucoup à perdre. »

Selon lui, c’est cette incertitude autour de l’issue des rencontres qui a poussé l’UEFA à instaurer des systèmes de poules et de chapeau dans les années 90. Ce genre d’arrangement est par exemple utilisé en coupe d’Allemagne : les 6 équipes qualifiées sont réparties en 2 pots et les plus faibles sont assurées de rencontrer de grosses équipes.

La France est l’un des seuls pays d’Europe où le ressort dramatique du sport existe encore, du moins dans la coupe nationale. Chaque français, qu’il soit amateur ou professionnel, peut se lancer dans l’aventure et surtout rêver. « Contrairement aux films ou pièces de théâtre, l’histoire n’est pas construite avant la représentation, mais s’élabore sous les yeux des spectateurs. », conclut Christian Bromberger.

Espérons que les instances nationales ne cèdent ni aux sirènes de l’argent, ni aux injonctions de l’UEFA, et préservent ce petit espace onirique où chacun encore peut s’imaginer conquérir le monde.


PARTAGER