Photo UNAF

L’Union Nationale des Arbitres de Football (UNAF) a publié un communiqué pour s’indigner contre la réduction des suspensions décidée par la FFF.

Le 8 juillet, nous avions informé en exclusivité que le comité exécutif de la Fédération Française de Football avait décidé de réduire toutes les suspensions en nombre de match de trois unités. Une décision qui venait pour atténuer le fait que les suspensions en temps ne pouvaient être reportées du 17 mars au 30 juin comme cela avait été prévu initialement.

Dix jours après la décision du Comex, l’Union Nationale des Arbitres de Football (UNAF) a pris son temps… mais elle a réagi via un communiqué publié sur son site internet. Le Président Jean-Jacques Demarez et son Comité Directeur National se disent « désabusés face à la clémence accordée aux auteurs d’infractions contre les règles du jeu ».

Le communiqué précise « que les Arbitres font tout ce qu’ils peuvent pour faire respecter les Lois du Jeu et sanctionner les actes déviants avec discernement, que les Commissions de Discipline font tout ce qui est en leur pouvoir pour apporter une réponse adaptée en fonction du code disciplinaire, tout cela est anéanti d’un seul coup sous prétexte de l’arrêt prématuré des compétitions ».

Les présidents de Ligue responsables ?

Tout est parti de la proposition de conciliation du Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF) concernant Gelson Martins, le joueur de l’AS Monaco. La seule conciliation acceptée cette année par la FFF. « Sous prétexte d’une certaine équité entre les sanctionnés à temps et les sanctionnés en nombre de matchs, des Présidents de Ligue ont sollicité le Comex pour une diminution de 3 matchs de toutes les sanctions, s’insurge l’UNAF. A la surprise générale des victimes, qui bien souvent sont des Arbitres, les clubs concernés par ces sanctions, ont eu gain de cause. »

Si le coup de gueule de l’UNAF peut se comprendre, c’est dommage que ses dirigeants ne soient pas montés au créneau de la même manière lorsqu’un joueur qui avait agressé un arbitre a vu sa sanction réduite de treize ans à neuf ans par la commission d’appel de la Ligue Auvergne Rhône-Alpes au mois de juin. A méditer…

PARTAGER