A la FFF, c'est compliqué d'avoir un interlocuteur !
Le siège de la FFF. (Photo Jérôme Bouchacourt)

En mai dernier, la FFF s’est rendu compte que Jacky Cerveau avait facturé des frais alors qu’il possédait un véhicule de fonction.

Ce mercredi après-midi, Noël Le Graët a reçu Jacky Cerveau en compagnie de Lionel Boland. Le trésorier de la Ligue de Football Amateur (LFA), qui est aussi Président-délégué de la Ligue de Normandie, a ainsi dû s’expliquer sur une double facturation de ses frais de route entre les deux instances.

Le membre du Bureau Exécutif de la LFA (BELFA) avait en effet une voiture de fonction et ses frais payés par la Ligue de Normandie. Mais il s’est aussi fait rembourser les mêmes frais de route par la Fédération Française de Football durant plusieurs mois. C’est d’ailleurs un membre de la FFF qui a découvert cette double facturation au mois de mai dernier. Selon nos informations, le montant s’élèverait à 3 800 euros.

Depuis que l’affaire a été ébruitée, Jacky Cerveau a rendu son véhicule de fonction à la Ligue de Normandie et il a restitué la somme indûment perçue. Lors de son entretien avec le président de la FFF, il lui a été retiré son poste de trésorier de la Ligue de Football Amateur mais il reste membre du BELFA. Concernant la Ligue de Normandie, où « la situation est très compliquée » selon plusieurs sources, c’est au président Pierre Leresteux et à son comité directeur de prendre une décision.

« Combattre ce genre de pratique ! »

A ce jour, les deux instances n’ont pas l’intention de déposer de plainte contre Jacky Cerveau concernant ces faits. Mais cette affaire ne donne pas forcément une bonne image. « Tout le problème est là, soupire un élu régional. On sait qu’il y a eu des systèmes mis en place durant de nombreuses années, notamment le covoiturage avec ensuite des notes de frais individuelles. Il faut combattre ce genre de pratiques. »

Cela laissera forcément des traces pour Jacky Cerveau mais aussi pour les instances, même si les sommes ne sont finalement pas si importantes. « C’est la confiance en nous, les élus, qui pourrait en prendre un coup » nous confie le membre d’un comité directeur de Ligue. A méditer en effet à quelques mois des élections.

PARTAGER