Georginio Rutter
Georginio Rutter sous le maillot de la sélection de la Ligue de Bretagne. (Photo Philippe Le Brech)

Tout juste transféré à Leeds, le natif du Morbihan va en faire profiter ses deux clubs formateurs, l’AS Ménimur et le Vannes OC.

Le transfert de Georginio Rutter pourrait s’avérer être une très bonne chose pour ses deux clubs formateurs. Originaire de Plescop, le jeune footballeur de 20 ans vient de quitter la Bundesliga (Allemagne) pour rejoindre la Premier League (Angleterre) et l’historique club de Leeds. Une opération qui a coûté près de 40 millions d’euros au club anglais. Un transfert qui est décrit comme historique pour les deux clubs. Comme le veut la tradition, les clubs formateurs de l’actuel international espoir de l’équipe de France vont recevoir un pourcentage de ce transfert. 

>>> National 2. Pierre Talmont n’est plus l’entraîneur du Vannes OC

D’où vient Georginio Rutter ?

L’avant-centre français a démarré sa carrière en 2007 à l’AS Ménimur (R2), club de la banlieue vannetaise. En 2014, à l’âge de 13 ans, il poursuit sa formation au Vannes OC (N2), où il y joue pendant trois saisons. Repéré par le bord rennais, Georginio Rutter a ensuite intégré le centre de formation du Stade Rennais (L1). 

Selon les barèmes de la FIFA, qui prévoient un pourcentage sur les futures reventes à partir de la douzième année du joueur. L’AS Ménimur et le Vannes OC vont donc empocher une très belle somme à la suite de ce transfert.

Le pactole pour ses deux clubs formateurs ?

L’AS Ménimur pourrait récupérer entre 0,12 et 0,25 % du montant total du transfert hors bonus, estimé à 30 M€, soit entre 25 000 et 50 000 €. Pour le coprésident de l’AS Ménimur, Raymond Dupont, c’est un dossier très compliqué mais essentiel pour le club comme il l’a expliqué au Télégramme. « C’est une démarche compliquée, il faut d’abord transférer un dossier à la Ligue de Bretagne. Mais peu importe la somme qu’on touchera finalement, elle aidera bien à consolider notre petite trésorerie. »

Pour la formation vannetaise, c’est également une excellente opération qui s’approche, mais le président du VOC préfère temporiser. « C’est un calcul compliqué, qui dépend de la somme réelle du transfert retenue par la FIFA. Il faut donc garder les pieds sur terre et rester patient ».

SHARE