Jean-Marc Ettori
Jean-Marc Ettori, le président du Tours FC. (Photo Philippe Le Brech)

La galère continue pour le Tours FC qui s’est vu interdire son accession en National 3 ce mardi par la Ligue du Centre Val de Loire.

Nouveau coup de tonnerre du côté du stade de la Vallée du Cher. Ce mardi, la commission Régionale de Contrôle des Clubs de la Ligue du Centre Val de Loire a refusé l’accession en National 3 du Tours FC. Une information publiée par La Nouvelle République que nous confirmons. A la suite du passage du club la semaine dernière, des pièces complémentaires avaient été demandées. Mais elles n’ont apparemment pas convaincu cette commission et… la DNCG à la Fédération Française de Football, consultée sur ce dossier.

« La commission a contesté la réévaluation de nos capitaux propres qui a été réalisée en 2013, faite à la demande de la DNCG à l’époque, nous expliquait Jean-Marc Ettori avec de recevoir la décision. On a eu huit commissaires aux comptes qui ne les ont jamais contestés depuis dix ans. Les instances non plus. Et aujourd’hui, on nous dit qu’il faut enlever près d’un million d’euros ! »

Les instances du football plus sévères que le tribunal de commerce

Cette réévaluation avait été faite à la suite de travaux de rénovation réalisés au stade, et pris en charge par le Tours FC. Alors pourquoi ne plus les prendre en compte aujourd’hui ? « On m’a expliqué qu’il y aurait deux solutions, poursuit le président de la SASP Tours FC. Soit je remets 1,2 millions d’euros dans le club, soit je trouve des actionnaires. J’en ai qui sont prêts à investir mais avec le club en National 3. »

Comme depuis trois ans, c’est un peu l’histoire du chat qui se mord la queue. Interdit de monter en National 2 puis rétrogradé en Régional 1, le Tours FC traîne des dettes depuis son rachat par Jean-Marc Ettori alors que celui-ci en a épongé une bonne moitié. Et les instances du football ne lui pardonnent rien alors que les comptes sont équilibrés. Ce que nous avons pu vérifier.

Contacté ce soir, le président du Tours FC nous a répondu qu’il comptait faire appel sur cette interdiction d’accession en National 3. En tout cas, la CRCC de la Ligue du Centre Val de Loire semble beaucoup plus sévère que le tribunal de commerce qui avait validé le redressement judiciaire du club au début du mois de mai. C’est un grand mystère…

SHARE