(Image Adobe Stock)

En considérant que l’accueil des enfants et le sport sont « un mode garde », la communication du Ministère a largement fait réagir.

Comme nous l’avions annoncé dès mercredi midi, les associations sportives devraient pouvoir continuer d’accueillir leurs jeunes licenciés durant la période de confinement. Mais des propos émanant du Ministère des sports sur le sujet, recueillis par Ouest France, font polémique ce jeudi matin.

« Le but est que les associations sportives, qui accueillent huit millions d’enfants dans notre pays, puissent continuer à le faire avec des protocoles et des pratiques adaptées, qu’on a déjà mis au point et qui permettent la distanciation, peut-on lire sur le site du quotidien. L’EPS continuera à l’école, donc les associations pourront continuer à le faire aussi. Il faut que ce mode de garde puisse continuer à être reconnu d’utilité publique, pour garantir l’accueil des enfants dans le temps qui suit l’école. » 

L’accueil des jeunes dans les associations – dont les clubs de football – ferait donc du sport un « mode de garde ». Ce qui n’a pas manqué de faire polémique sur les réseaux sociaux ! « Belle reconnaissance pour le sport » a réagi Fabrice Rolland, le directeur général de l’US Saint-Malo. « C’est un discours tout à fait logique pour un ministère des sports (en sursis) sous tutelle de l’Education Nationale » a ironiquement commenté Eric Adamkiewicz, Maître de conférences en management du sport et développement territorial.

« Ah la polysémie des mots et le champ sémantique … tout un art ! Blague à part : on a un sérieux problème de fond à discuter ! » a souligné Naima El Guermah, vice-présidente de Women Sports. Dans les clubs, c’est plutôt de l’abattement. « Ça va faire plaisir aux parents qui vont faire leur course durant les entraînements et qui reviennent systématiquement en retard pour chercher leur enfants car il y avait trop de monde à la caisse du supermarché » s’insurge un éducateur de la région nantaise.

A l’image de ces parents qui demandaient le remboursement des licences en avril dernier. Le sport « un mode de garde reconnu d’utilité publique », c’est réellement une offense à ces dizaines de milliers d’éducateurs et de bénévoles qui travaillent au quotidien pour inculquer des valeurs à près de huit millions d’enfants. Et Roxana Maracineanu a de nouveau employé ces termes lors d’une interview sur RMC. Consternant !

PARTAGER