L’Assemblée nationale a voté la loi sur le Pass vaccinal cette nuit. Il sera applicable à partir de 16 ans, vraisemblablement dès le 25 janvier.

Tôt ce matin, l’Assemblée nationale a adopté en deuxième lecture la loi sur le Pass vaccinal. Quelques changements ont été effectués par rapport à la première mouture avec notamment l’exemption pour les 12-15 ans, ce qui n’était pas le cas initialement. Cette loi va retourner au Sénat puis elle va revenir au Palais Bourbon pour une troisième lecture, vraisemblablement dimanche ou lundi. Avec le calendrier parlementaire, la loi sur le Pass vaccinal ne sera pas promulguée la semaine prochaine. Selon plusieurs sources, cela devrait être le 25 janvier.

A partir de cette date, il faudra donc avoir un schéma vaccinal complet pour entrer dans un établissement sportif couvert ou de plein air. Aujourd’hui, il est nécessaire de faire sa troisième dose de vaccin sept mois après la deuxième. Mais à partir du 15 février, ce délai va passer à quatre mois. A cette date, les personnes vaccinées avant le 15 novembre ne pourront pas avoir de Pass vaccinal sans cette troisième dose.

Un nouveau protocole à venir avec le Pass vaccinal

Il existe une exception pour les personnes qui ont été contaminées à la Covid-19 puisqu’elles ne peuvent pas recevoir de dose supplémentaire de vaccin pour l’instant. Avec le certificat de rétablissement, elles pourront néanmoins accéder aux établissements sportifs et jouer au football sans avoir de schéma vaccinal complet. A ce jour, on ne connaît pas le délai de validité de ce certificat qui est aujourd’hui de six mois mais qui devrait être réduit à deux ou trois mois.

Ce Pass vaccinal va forcément avoir un impact dans les clubs ces prochaines semaines. Et cela risque d’être un casse-tête entre les licenciés qui ont le Pass vaccinal, ceux qui ont été positifs à la Covid-19 ou encore ceux qui ne veulent pas se faire vacciner. Le protocole des compétitions nationales, régionales et départementales va forcément être modifié d’ici la fin du mois. Il pourrait d’ailleurs être question d’une augmentation des cas de Covid-19 sur sept jours glissants – aujourd’hui de quatre – pour un report de match afin de limiter l’impact sur les compétitions.

SHARE