Photo DR

Billet d’Humeur. Vice-président délégué du District de Dordogne-Périgord, Jonathan Blondy a écrit une lettre ouverte aux élus politiques.

LETTRE OUVERTE AUX ELUS POLITIQUES

Mesdames, Messieurs,

Depuis le début de l’épidémie du COVID 19 en mars 2020, le sport amateur dans sa généralité, est dans une situation préoccupante. Après 2 arrêts consécutifs des compétitions, en mars 2020, puis octobre 2020, le sport amateur reprenait peu à peu l’espoir de retrouver sa liberté de pratiquer, tout en conservant le respect des gestes barrières, et le port du masque. Rare sont les clusters détectés dans le cadre de la pratique d’un entrainement ou d’un match, et le tissu associatif s’est mobilisé, bénévolement, avec ses moyens, pour faciliter la pratique, dans un cadre sanitaire serein et sécurisé.

Le monde amateur a mis en place tous les protocoles qui étaient préconisés : Port du masque, places limitées en tribunes pour les clubs qui en ont, buvette passante avec un sens « entrée » et un sens « sortie », utilisation des vestiaires après nettoyage et désinfection, etc. Tout, absolument tout a été mis en œuvre, alors que le tissu associatif n’a que des bénévoles dont la compétence professionnelle première n’est pas toujours d’être issu du secteur santé ou médical. Et pourtant, le constat est sans appel : Le nombre de match reportés par week-end était inférieur à 3 % en pleine période COVID.

Après l’espoir, la peur est apparue avec les annonces le lundi 12 juillet du président de la République de l’extension du Pass sanitaire et sa mise en application plus ou moins immédiate. La publication du 21 juillet 2021 a mis un froid sur le monde amateur dont je suis issu, avec une sorte d’incompréhension, de déception, et de colère. L’extension du Pass sanitaire dans de telles proportions donnent l’impression, une fois de plus, que le monde amateur n’est pas entendu, ni apprécie à sa juste valeur. La crainte d’une nouvelle hécatombe plane au-dessus de la pratique du sport amateur, et je ne peux m’y résoudre sans chercher des solutions. 

Avec une perte de presque 223 000 licenciés rien que pour la famille du football entre la saison 2019-2020 et 2020-2021, nul doute sur les répercussions du COVID et des différentes interdictions qui se sont succédé depuis plusieurs mois. Les nouvelles décisions en train d’être prise, avec l’extension du Pass sanitaire aux pratiquants, aux arbitres, aux techniciens, laisse craindre une hécatombe dans le monde amateur. La communication, pour le moins illisible, depuis le 21 juillet, sur le comment de la mise en place du Pass sanitaire, laisse le monde amateur dans le doute, et dans l’interprétation constante des règles sanitaires. 

Le rôle des élus de la République n’est-il pas d’élever la voix du tissu associatif et du monde sportif amateur ? Le rôle des élus ne peut-il pas d’apporter une écoute des problématiques de terrain que nous rencontrons ?

” Se résigner ou apporter des solutions intermédiaires ? “

Je choisis sans doute ni réserve la seconde solution. Je ne suis ni pour, ni contre la vaccination, étant moi-même vacciné depuis plus d’un mois. Non pas par obligation pour aller au cinéma ou dans une salle de sport, mais tout simplement par conscience familiale afin de protéger mes “anciens” des formes graves de la covid – 19. Je n’ai donc aucun jugement à avoir sur les gens qui décident de se faire vacciner et ceux qui refusent. 

En revanche, nul besoin d’opposer les personnes. Nous avons la possibilité, autour d’une table, d’œuvrer ensemble afin de permettre à chacun de pratiquer son sport sans pour autant avoir cette obligation au-dessus de la tête. 

Le sport amateur est un élément clé pour bon nombre de citoyens, dont le rôle social et sociétal n’est plus à prouver. Une nouvelle série de restrictions seraient destructives à bien des égards, et les questions s’enchainent sur l’autorité qui détient le contrôle des Pass sanitaires. Certainement pas aux bénévoles, ou aux officiels de devoir s’occuper de cela. Ensemble, nous avons la clé. Discutons, écoutons-nous, et s’il vous plait, prenez des décisions en concertation avec les principaux acteurs concernés par vos lois. 

Sans grande conviction, je garde l’espoir d’être entendu, et que l’ensemble des licenciés des différentes fédérations sportives puissent être entendus dans les inquiétudes qui grandissent au fil des annonces, dont la clarté n’est pas toujours évidente.

Jonathan Blondy,
Vice-Président délégué
District de football Dordogne-Périgord

SHARE