Ligue du Grand Est
Photo Ligue du Grand Est

C’est un cas très particulier que la commission de discipline du Grand-Est a eu à traiter cette semaine puisque c’est un de ses membres qui était mis en cause.

« Comportement (insultes et, ou, propos discriminatoires), envers l’arbitre assistant n°2, au cours de la rencontre, proférés par un spectateur qui après identification s’est révélé être un membre de la commission de discipline du Grand Est. » C’est le titre (succulent) d’un dossier traité cette semaine par la commission de discipline de la Ligue du Grand-Est, qui a du juger un de ses membres.

Fin mars, cette personne était présente au match de son équipe en Régional 3. « Le rapport de l’observateur relate qu’au cours de la seconde période du match, il a constaté qu’un spectateur hurlait, qu’il s’est approché de ce dernier pour lui demander de se calmer (…) que ce spectateur a proféré des insultes à l’endroit de l’Arbitre Assistant 2, le traitant de malhonnête tout en insistant sur son embonpoint qui, selon lui, l’handicape pour courir, mais aussi sur son aspect physique » indique le procès-verbal de cette commission.

Pas d’exclusion de la commission de discipline !

Ce membre de commission de discipline a en effet dit à l’arbitre : « il est trop gros pour arriver à temps et donc de signaler au bon moment, il a le droit de se tromper mais pas d’être malhonnête ». Cette personne ne s’est pas caché son statut. Lors de son audition, elle a présenté « ses excuses auprès du corps arbitral et aux membres de la commission pour son comportement ».

A final, ses collègues l’ont suspendu deux mois. En revanche la commission n’a pas retenu le caractère discriminatoire car « compte tenu de l’aspect physique de l’AA2, lequel a un profil normal », estimant que ce n’étaient que des « propos blessants ». Il faut espérer que tous les autres licenciés auraient eu le même traitement de faveur. Cependant, la Ligue du Grand-Est n’a pas – pour l’instant – exclu cette personne de sa commission de discipline.

SHARE