Buvette 2
Les buvettes sont gérées par des bénévoles dans les stades. (Photo Philippe Le Brech)

Alors que le bénévolat est devenu un réel problème dans de nombreux clubs, le Gouvernement penche sur plusieurs pistes pour l’encourager.

Comme l’a indiqué L’Equipe ce lundi matin, une réunion est organisée aujourd’hui entre plusieurs membres du Gouvernement, dont la ministre des Sports Amélie Oudéa Castéra, pour travailler des pistes afin d’encourager le bénévolat sportif. Depuis le premier confinement, en 2020, de nombreuses associations ont en effet perdu des dirigeants. La cause est souvent de nouvelles habitudes ou de nouveaux loisirs.

Dans une enquête menée par le CDES de Limoges, 53 % des acteurs sportifs et institutionnels placent en effet le « manque de personnes qui souhaitent s’engager » comme leur première préoccupation. Concernant le football, le nombre de licences « dirigeants » a chuté de 257 726 lors de la saison 2018-2019 à 235 263 lors de la saison 2020-2021. Il y a eu une petite hausse l’an dernier (241 314) mais on est loin du nombre de bénévoles d’avant-pandémie.

Cette réunion est symbolique puisque c’est aujourd’hui la journée mondiale du bénévolat. Les pistes suivies par le Gouvernement pour booster le bénévolat sont la reconnaissance et la valorisation des compétences des bénévoles, la simplification des démarches administratives des bénévoles ou encore la féminisation car ce sera obligatoire dans le cadre de la loi du sport à l’horizon 2028.

« Les clubs ne tiennent pas sans les bénévoles car ils donnent beaucoup de temps car ils forment, ils accompagnent » avait d’ailleurs souligné Emmanuel Macron en juin 2021. Sur réforme de leur statut, le président de la République a précisé que « c’était une vraie question mais il ne faut pas dénaturer cet esprit d’engagement. Il faut le reconnaitre et le valoriser ».

SHARE