Le Futsal féminin est un des enjeux du développement de la pratique.
Le Futsal féminin est un des enjeux du développement de la pratique. (Photo Jérôme Bouchacourt)

Plusieurs Ligues vont mettre en place de véritables championnats régionaux de Futsal féminin à partir de la saison prochaine. Avec en ligne de mire la création d’une compétition nationale.

Le 20 mai dernier, la Ligue de Paris Ile-de-France de Football a annoncé que l’exercice 2020-2021 serait le dernier de son Critérium Régional de Futsal Féminin Sénior. Celui-ci disparaîtra dès la saison prochaine pour laisser place aux divisions régionales permettant d’accéder au futur Championnat de France. Les Régional 1 et Régional 2 seront donc mises en place, avec un principe de montées et descentes. Un concept inédit qui fait enfin son apparition en futsal féminin français.

Faire évoluer la pratique du futsal

Le comité de la Ligue de Paris Ile-de-France a constaté que la pratique en compétition du futsal féminin sénior n’a plus jamais évolué depuis son introduction en 2011. Aujourd’hui, ce changement répond à la croissance importante de la demande, avec un nombre de licenciées et de clubs qui ne cesse d’évoluer. Le but pour le futsal français était donc de s’adapter en devenant plus attractif, notamment pour donner plus de crédibilité à cette discipline qui reste encore énormément dans l’ombre du football classique.

La saison à venir, qui devrait normalement démarrer avant la fin du mois d’octobre, sera donc une année de transition permettant de déterminer quelles seront les équipes qui obtiendront leur billet pour les prochaines divisions régionales. Elle se déroulera en deux phases, comme les précédentes : une première partie pour déterminer les meilleures équipes qui s’affrontent ensuite lors d’une seconde partie. C’est au terme de cette deuxième phase que les clubs les mieux placés de la poule pourront intégrer les futures R1 et R2. La meilleure équipe pourrait accéder à un futur Championnat de France organisé par la Fédération Française de Football (FFF) à l’horizon 2022-2023.

Un engouement déjà ressenti

Depuis plusieurs année, le futsal est annoncé comme l’un des enjeux majeurs de la FFF qui souhaite dynamiser sa pratique. Les chiffres recensés sur la saison 2019-2020 font écho à ces objectifs : le nombre de licenciées en futsal féminin a augmenté de 24%, allant de paire avec la progression importante vécue depuis 2011 de 188%. D’ailleurs, selon les informations de la Ligue de Paris Ile-de-France, près d’une quarantaine de clubs sont déjà inscrits dans cette région uniquement pour la saison 2020-21, soit presque deux fois plus que l’année dernière.

Les équipes essayent de se positionner rapidement pour décrocher le fameux sésame qui leur permettrait de voir leur section féminine intégrer ce futur Championnat de France. Le plus vite serait en effet le mieux, avant que de grands noms du milieu s’y mettent et volent la vedette aux autres équipes plus modestes, un peu comme ce fut le cas en D1 Féminine de football. L’Olympique Lyonnais a pris les devants à tel point que le club a raflé les 13 derniers titres, et aujourd’hui seul le Paris Saint-Germain n’est plus très loin.

Les deux clubs sont systématiquement annoncés comme grands favoris de leurs matches de D1 Arkema selon les sites de paris sportifs en ligne, et pour cause, ils s’imposent souvent avec une marge impressionnante. A titre d’exemple, le PSG a facilement remporté sa confrontation contre Reims 4-0 lors de la 3e journée. Ce sont ce genre d’écarts immenses que les clubs de futsal souhaitent repousser au maximum tant qu’il est encore temps.

Objectif : une équipe de France féminine de Futsal

Aujourd’hui, que ce soit chez les hommes ou chez les femmes, le futsal en France conserve un retard considérable par rapport à ses voisins espagnols ou portugais. Ces deux nations ont d’ailleurs été les finalistes du tout premier Euro de Futsal Féminin qui a eu lieu en février 2019 (victoire de l’Espagne). La France n’avait pas pu participer à ce tournoi car le pays ne dispose aujourd’hui d’aucune sélection officielle féminine. C’est là qu’entre en jeu l’autre intérêt de la création d’un championnat national de futsal féminin.

En regroupant toutes les meilleures équipes du pays dans un seul et même championnat, il sera désormais possible d’en sélectionner les meilleures joueuses pour constituer la toute première Équipe de France féminine de futsal. Ce serait un peu à l’image de ce qui se passe en D1 Féminine, où la plupart des Bleues de Corinne Diacre évoluent.

L’avenir jusque-là délaissé du futsal féminin semble désormais prendre un tout nouveau tournant avec ces changements majeurs qui viendront mettre la discipline au devant de la scène.

PARTAGER