Le football est devenu un sport « sans contact avec distanciation sociale »

Les entraînements sont sans contact et avec distanciation sociale... (Photo Frédéric Sougey)
Bannière stages Louza

Des activités sportives en plein air autorisées sauf pour les sports collectifs. Pourtant, le football peut se poursuivre. Une belle hypocrisie !

Samedi matin, à la lecture du décret du Gouvernement paru dans la nuit, il semblait clair que les sports collectifs étaient exclus des activités sportives. Pour des juristes, des élus de Ligue ou District contacté ainsi que pour notre rédaction, le ressenti était le même : le football ne pouvait plus se pratiquer.

Un ressenti basé sur la modification de l’article 42 du décret qui indiquait que « les activités physiques et sportives des personnes mineures autres que celles mentionnées à l’alinéa précédent ainsi que des personnes majeures, à l’exception des sports collectifs et des sports de combat ». Quelques minutes plus tard, un mail envoyé par la « hotline pandémie » de la Fédération Française de Football allait pourtant dans une direction inverse, avec l’indication d’une poursuite de la pratique, sous certaines conditions.

Finalement, la publication des tableaux par le Ministère des sports a confirmé qu’il n’y avait pas vraiment de changement par rapport aux derniers mois sur ces décisions sanitaires pour le sport. Car le football est devenu un sport individuel et non plus un sport collectif. N’est-ce pas ce qui devrait nous poser problème ?. « Le football tel que pratiqué aujourd’hui, sans contacts et avec distanciation sociale, n’est pas considéré comme une pratique sportive collective » a d’ailleurs souligné la Ligue de Nouvelle-Aquitaine dans son communiqué paru samedi en fin de matinée.

Les décisions sanitaires au 26 mars 2021

Les décisions sanitaires au 3 avril 2021

Certains élus vont plus loin. « On se rend compte que nos clubs entrent parfaitement dans la définition de la Ministre des sports, c’est à dire qu’ils sont devenus un mode de garde pour les parents qui travaillent » fustige un président de District. Mais ces tableaux sont très ambigus car leur interprétation va permettre à des collectivités de fermer les installations en utilisant le terme « à l’exception des sports collectifs et des sports de combat ».

Ce que nous ont confirmé plusieurs présidents de clubs mais aussi des élus de District qui ont eu ce même retour. « On n’a pas trop d’arguments car cette formule sur l’exception des sports collectifs va permettre à certaines mairies de fermer les stades » nous a confié un de ces derniers qui se bat auprès de la Préfecture pour qu’elle intervienne en faveur des clubs. La décision du Ministère des sports ne varie donc pas trop mais elle intègre une nuance qui va permettre aux collectivités de faire sorte que leurs clubs soient interdits de terrain ! Une belle hypocrisie.

SHARE