Le football entreprise, un réel potentiel à exploiter pour la FFF

Football entreprise
Le Football entreprise possède un fort potentiel à développer. (Photo Cécile Martin - Municipaux Chenôve)
Bannière stages Louza

Avec 4.5 Millions d’entreprises en France, mais seulement 500 clubs de Football Entreprise au sein de la FFF, le potentiel est important.

L’idée de développer le Football Entreprise fait son chemin dans la tête de plusieurs membres présents sur les listes électorales des candidats à la Présidence de la FFF. L’UNFE (Union Nationale du Football Entreprise) en a contacté plusieurs dont certains ont fort honnêtement reconnu leur méconnaissance du dossier et objectivement pris conscience de son potentiel.

Les 15 000 clubs en France, dont ceux du Football Entreprise, ne votent pas lors de cette élections pourtant décisive pour leur avenir, et le regrettent. Mais quand les votants ou grands électeurs, un peu plus de 200, commencent à se pencher sur la question, il n’est pas interdit de penser que cet axe de développement ‘’leur parle’’.

C’est grave docteur ? A ce jour, le diagnostic n’est pas rassurant car la baisse du nombre de licenciés est conséquente. L’urgence d’un traitement efficace et d’une grande opération pour stopper cette hémorragie est là. D’autres Fédérations ont déjà enclenché la surmultipliée pour attirer les entreprises en particulier sur l’axe du sport santé.

Il serait par conséquent essentiel que le prochain Président de la FFF et son équipe, dès le 13 mars, réalisent le potentiel de développement de cette pratique et s’orientent vers les entreprises. Du côté de ces dernières, ce sont plutôt le lien social, le sport santé, la cohésion qui restent leurs préoccupations en ces temps perturbés. Mais, le football est le sport le plus populaire et le plus facile à mettre en œuvre. Que souhaitent-elles ? Etre accompagnées administrativement et sur le terrain. Côté FFF, on est plutôt enclins à faire remonter le nombre de licenciés.

Le rapprochement est donc possible et souhaitable dans l’intérêt de tous s’agissant des salarié(é)s, des décideurs dans les entreprises, des Districts, des Ligues, des clubs de FE, de la FFF et même du Ministère des Sport dont l’objectif est d’augmenter de 3 millions de plus le nombre de pratiquants d’ici 2024.

4.5 Millions d’entreprises en France et seulement 500 clubs de Football Entreprise au sein de la FFF, on vous laisse faire le calcul. Le potentiel est la.

La FFF le dit elle-même : ce sont près de 3 millions de joueurs qui pratiquent le football hors de la ‘’Maison’’ et seules 18% des entreprises proposent une activité physique et sportive à leurs salariés.

LE FOOTBALL ENTREPRISE AVANCE SES PIONS

Ce constat a logiquement conduit l’UNFE à interpeler, dès le mois d’août, tous les candidats aux élections des Présidences de Ligues et de Districts, puis, depuis le début de l’année 2021, les membres des listes des trois candidats à la Présidence de la FFF.

Des propositions argumentées pour l’avenir du Football Entreprise leur ont été communiquées ainsi que l’accompagnement de l’UNFE et ce sur la base de son réseau et de sa connaissance du monde de l’entreprise.

Plusieurs Districts (Provence, Aude, Meurthe et Moselle…etc) ont fait part de leur intérêt et de leur volonté d’entreprendre sur ce sujet. Idem avec des ligues régionales comme celle de Méditerranée avec laquelle une visioconférence a déjà été organisée et dont le Président a déclaré, le 26 Octobre, sur les réseaux sociaux que sa Ligue avait des projets et qu’elle travaillerait sur le Football entreprise.

Aujourd’hui, il ne reste plus qu’à concrétiser tous ces efforts et mettre en mouvement et agréger toutes les énergies positives. Bâtir un socle solide et un réseau de développement efficace sur tout le territoire (et DOM TOM) à l’appui d’un Plan fédéral ambitieux de développement du football Entreprise, par exemple sur une mandature, apparaît comme prioritaire. C’est sur cette base constructive que l’UNFE a contacté en toute neutralité les trois candidats déclarés (alphabétiquement : Noël LE GRAET, Michel MOULIN et Frédéric THIRIEZ). La lecture des programmes qui prochainement présentés plus en détails nous dira si les arguments ont porté leur fruit et si un avenir se dessine. C’est déjà le cas pour l’un d’entre eux en attendant les suivants.

SHARE