Une équipe de football de Fère-en-Tardenois le 21 avril 1918 lors du concours sportif du 178e régiment d'artillerie.
Une équipe de football de Fère-en-Tardenois le 21 avril 1918 lors du concours sportif du 178e régiment d'artillerie. (Photo Bibliothèque de documentation internationale contemporaine)

A l’occasion du centenaire de l’armistice de 1918, Footamateur retrace l’essor du football français qui est devenu populaire durant la Première Guerre Mondiale. Toute la semaine, nous vous proposons un article sur un thème spécifique.

Episode 2 : Le football est devenu populaire grâce à la Grande Guerre


Arrivé du Royaume Uni dans la deuxième partie du XIXe siècle, le football était tout d’abord réservé à la bourgeoisie. C’est la Grande Guerre qui l’a popularisé.

Avant la Première Guerre Mondiale, le football était réservé à une certaine élite sociale. A part des clubs patronages, c’est à dire organisés autour de l’église catholique, rares étaient les gens du « peuple » qui jouaient au ballon rond. « Le football est arivé en France via la bourgeoisie, explique Michel Merckel, historien du sport. A l’époque, le sport est très confidentiel. Mais surtout,il y a très peu de compétitions. » Le clergé cherche alors à développer le football pour contrer le rugby qui est jugé trop violent.

Mais la popularisation du sport, et surtout du football, s’est déroulé durant la Première Guerre Mondiale. « Dans un premier temps, on a eu une guerre de mouvement avec des soldats qui bougeaient beaucoup, poursuit l’auteur du livre 14-18, le sport sort des tranchées. Mais à la suite de la première bataille de la Marne (du 5 au 12 septembre 1914), la guerre de tranchée va commencer. Les soldats ne sont pas toujours dans les combats et ils s’ennuient. La solution va venir des hommes puisque des initiés vont proposer de faire du sport. »

La bataille de la Somme, premier tournant !

Et le football plaît beaucoup car c’est un sport collectif qui permet aussi la cohésion. « Au début, les soldats jouent au foot de façon informelle, précise Michel Merckel. Le premier tournant de la pratique est la bataille de la Somme en 1916 avec l’arrivée des Anglais sur le front aux côtés des Français. Car Outre-Manche, le sport fait partie du système éducatif. » Et le football est déjà professionnel depuis plusieurs dizaines d’années.

Le deuxième tournant vient des mutineries de 1917. « Promu chef des Armées, le Général Pétain a sorti une directive le 3 juin 1917 qui favorise les loisirs des Poilus qui ne sont pas au combat, explique l’historien, ex-professeur d’éducation physique. Il leur a aussi donné des moyens de faire du sport, notamment en envoyant des ballons de football. » Chaque match devient un temps fort dans la vie des régiments. Comme le rapporte Arnaud Waquet, maître de conférence à l’université de Lille, « 5 000 Poilus sont présents au match final de la division de cavalerie organisé au camp de Mailly ».

Le journal de la FFF édité après sa création en 1919.

La FFF a été créée au lendemain de la Grande Guerre

Une fois la guerre terminée, le football est devenu le sport le plus populaire. « Des centaines de milliers de Poilus sont piqués par le virus de football, ajoute l’enseignant-chercheur. Ce qui contribue à sa diffusion et explique en partie l’augmentation du nombre de pratiquants et de clubs au sortir de la guerre sur l’ensemble du territoire national. » Car ensuite tout va très vite.

La coupe de France a vu le jour en 1917, portant le nom de Charles Simon qui est mort au front en 1915. Puis ce sont les Ligues régionales qui fleurissent. La Ligue du Nord est la première a être fondée en 1918… elles seront dix-huit en 1921. « La Fédération Française de football est créée le 7 avril 1919 car il faut contrôler les pratiques » ajoute Michel Merckel. Le football, sport populaire, est enfin lancé dans l’Hexagone !

PARTAGER