FC Mulhouse
Le FC Mulhouse a été rétrogradé au niveau régional par la Ligue du Grand-Est. (Photo Philippe Bergdolt -LGEF)

Quelques jours après le départ de Gary Allen, le FC Mulhouse a été placé en redressement judiciaire. Le club restera en championnat régional.

Ce jeudi, le tribunal judiciaire de Mulhouse a placé le club de football de la ville en redressement judiciaire. Une nouvelle qui a ravi les dirigeant puisque cela permet à l’association de continuer son activité, quelques jours après le départ du président américain Gary Allen. Car le spectre d’un dépôt de bilan planait sur ce club fondé en 1893, un des plus vieux de France. Selon L’Alsace, la dette s’élèverait à plus de 500 000 euros.

Ce redressement judiciaire va permettre aux salariés du club de pouvoir toucher leurs impayés de salaire, depuis le mois mai, grâce à l’Assurance garantie des salaires (AGS). Le tribunal a également nommé deux mandataires judiciaires afin de gérer les créances ainsi que d’étudier les dossiers de reprise du club. En revanche, ce redressement pourrait aussi précipiter la chute sportive du club qui doit passer prochainement en appelle à la DNCG. La FFF pourrait en effet décider de le rétrograder en Régional 2.

Le FA Illkirch-Graffenstaden repêché en National 3 à la place de Mulhouse

« Les circonstances sont historiques, le processus juridique désormais en place pose un cadre neutre et rassurant, c’est le moment de faire émerger un vrai nouveau projet, a confié Frédéric Marquet, dirigeant du club et candidat à la reprise du FC Mulhouse à nos confrères de L’Alsace. Je veux être plus utile que jamais à la renaissance du FCM. »

D’autres repreneurs devraient rapidement se faire connaître. Mais il faut faire vite afin de proposer un projet solide aux instances. Surtout que le club ne compte à ce jour que six licenciés seniors. De son côté, la Ligue du Grand-Est assure qu’elle fera tout pour accompagner ce projet de reprise. Comme pressenti, c’est le FA Illkirch-Graffenstaden qui va être repêché en National 3 à la place du FC Mulhouse.

SHARE