En mars 2016, l'US Granville avait reçu l'Olympique de Marseille à Caen. (Photo Philippe Le Brech)

Alors que Belfort a perdu contre le Stade Rennais ce mardi, le SAS Épinal affronte l’AS Saint-Etienne jeudi. Le doux parfum de la coupe de France !

Le doux parfum de la Coupe de France revient chaque saison au plus grand plaisir de nombreux supporters et amateurs de football. Amateurs, comme certaines équipes qui ont fait chavirer “la France du foot” par leurs exploits et épopées au fil des années. Cette compétition vieille de 102 ans est avant tout une grande fête et fait partie de l’histoire du sport français, à l’image des Coupes de France dans d’autres sports. Il est toujours agréable de retracer quelques exploits historiques des “petits poucets” comme nous autres, aimons les appeler. 

L’unité nationale 

La Coupe de France est née d’un principe d’union sacrée, décrétée pendant la Première Guerre mondiale. Alors que plusieurs fédérations se battaient depuis le début du siècle pour assurer l’hégémonie nationale, elles s’allièrent toutes sous la houlette de la CFI, le véritable ancêtre de la FFF. 

En 1917, l’Olympique Pantin, ancien nom du Red Star (né de l’alliance de plusieurs associations) l’emporte et devient officiellement le premier vainqueur d’une compétition qui continue de perdurer cent ans plus tard. 

Une compétition à la ferveur inégalée

Alors que les clubs des plus faibles divisions de district français entrent dans la compétition dès le mois d’août, les clubs de Ligue 1 débutent eux, lors des trente-deuxièmes de finale. Chaque match est l’occasion de voir évoluer son équipe fanion amateur face à une équipe plus faible ou plus forte (en vertu de son championnat) et de découvrir des équipes d’autres départements ou régions. Le charme de la Coupe tient aussi en cette proximité qui est d’ailleurs une spécialité française. Les spectateurs affluent souvent et au fil des victoires, imaginent leur équipe rencontrer un club professionnel. 

Souvenez-vous des exploits fréquents du club de Quevilly dans les années 2010, alors que le club n’était qu’en CFA (N2 actuelle, NDLR). En 2010, seul le PSG, équipe la plus victorieuse à l’heure actuelle de la Coupe (12 trophées) avait pu battre le club frontalier de Rouen.

Deux ans plus tard, forts de leur montée au niveau national, ces mêmes joueurs battaient à nouveau trois équipes de première division, dont Marseille au terme d’un match spectaculaire en quarts de finale, pour se hisser ensuite en finale. Mais l’Olympique Lyonnais ne tomba pas dans le piège et laissera les amateurs au pied du podium. Ainsi que l’avaient fait les Canaris de Nantes face à l’équipe CFA de Calais en 2000. 

L'US Quevilly est un des trois clubs amateurs a avoir atteint les demi-finales.
L’US Quevilly est un des trois clubs amateurs a avoir atteint les demi-finales. (Photo Philippe Le Brech)

Les plus grands sont tombés 

La magie de la Coupe n’a jamais épargné une des équipes que l’on compte parmi les meilleures françaises. Tout est possible en Coupe de France et désormais personne ne l’oublie. Si les amateurs rêvent de rencontrer leurs équipes ou joueurs favoris, une fois sur la pelouse, ils ne rêvent plus que de les battre. Des équipes toujours définies comme grandes favorites par les experts se sont pris les pieds dans le tapis. Lyon était tombé face à Libourne (CFA), Lens face à Montceau-les-Mines (CFA), Marseille face à Carquefou (CFA 2) ou encore le PSG face au club de Rodez, évoluant alors dans ce qui était l’équivalent de la N1.

Jamais au bout

Si les exploits sont majuscules, jamais dans l’histoire moderne, un “petit poucet” n’a réussi à aller au bout et soulever cette fameuse Coupe de France. Les clubs ayant rejoint la finale (disputée au Stade de France depuis 1998) se comptent même sur le bout des doigts. Les Herbiers, pensionnaires de National à l’époque, s’étaient inclinés 2-0 face au PSG en 2018. Comme cité plus haut, Quevilly avait affronté l’OL en 2012. En 2004 et 2005, deux clubs de Ligue 1, à savoir La Berrichonne de Châteauroux et Sedan avaient chuté de peu, respectivement face au Paris Saint-Germain et à l’AJ Auxerre. 

À l’aube des quarts de finale de cette édition 2019/20, deux clubs de National 2 sont encore en lice. Fort de son succès face à Lille au tour précédent, Épinal accueille Saint Étienne (à Nancy), quand Belfort s’est incliné ce mardi contre le Stade Rennais.

PARTAGER