District des Alpes
Patrick Bel Abbes, président du district des Alpes (à gauche) et Florent Crouhy (au micro), procureur de la République de Gap, lors de l'assemblée générale samedi. (Photo District des Alpes)

Ce dimanche, le District des Alpes et le Parquet de Gap ont signé une convention pour la lutte contre les violences dans le football.

La lutte contre les violences dans le football était au cœur du sujet tout le week-end dans le District des Alpes. Samedi, Florent Crouhy, le procureur de la République de Gap, est intervenu lors de l’assemblée générale de l’instance départementale. Puis dimanche, le magistrat était présent lors de la journée des finales de coupe des Alpes à Gap pour signer une convention avec le District. Celle permet de mettre en relation directement le parquet avec les différents acteurs du football.

« Il y a eu trois matchs d’arrêtés cette saison pour des faits de violences dans les deux départements, rappelle Patrick Bel Abbes, le président du district des Alpes, au Dauphiné Libéré. Avant, on en avait un tous les trois ou quatre ans, on était plutôt épargnés. Agresser un arbitre, c’est tuer le football. Ils nous imposent à tous de réagir. » Et son interlocuteur connaît bien le milieu du ballon rond puisqu’il a été longtemps licenciés à la FFF.

Des travaux d’intérêts généraux dans les clubs du District des Alpes

« On va traiter avec fermeté les faits les plus graves, assure-t-il auprès du quotidien dauphinois. Nous avons certaines infos qui ne remontent pas jusqu’à nous. Certains préfèrent que les clubs ne soient pas exposés. Il nous faut multiplier les sources. » Et cela va notamment passer par des fiches de signalement à partir de la saison prochaine afin de pouvoir proposer une réponse pénale rapide pour les agressions les plus violentes.

Dans le cadre de cette convention, les personnes pourront aussi être condamné à des travaux d’intérêts généraux (TIG) au sein de clubs de football du District des Alpes. « L’auteur d’une infraction sans lien avec une manifestation sportive pourra aussi être accueilli de la même manière dans ce dispositif sur demande du parquet » précise Florent Crouhy. A voir si ces dispositions permettront de réduire la violence dans les stades.

SHARE