Samedi dernier l'arbitre de la demi-final de coupe de la Loire entre Veauche et L'Etrat était équipé d'une mini caméra.
Le samedi 16 mai 2017, l'arbitre de la demi-finale de coupe de la Loire entre Veauche et L'Etrat était équipé d'une mini caméra. (Photo Stéphane Patural)

Le 10 mars prochain, l’arbitre du match entre Longeville-lès-Saint-Avold et Metzing (Départemental 1) sera équipé d’une caméra. C’est le deuxième District à tester ce dispositif.

Au mois de mai 2017, le District de la Loire avait expérimenté pour la première fois en France un dispositif avec un arbitre équipé d’une mini-caméra. « Je suis un ancien arbitre de Ligue et je suis très attaché à la prévention, nous avait expliqué Thierry Delolme, le président de l’instance, à ce moment-là. Je pense que ça peut être une bonne piste de réflexion car on ne peut pas être spectateurs de la violence ! »

Vingt mois plus tard, ce sont une quarantaine de matchs de championnat du District de la Loire qui ont été arbitrés avec ce dispositif. « La présence de cette caméra modifie le comportement des joueurs et du public présent au stade, a souligné Thierry Delorme à nos confrères du Républicain Lorrain. Cela apaise tout le monde. Et les arbitres sont les premiers satisfaits car leur arbitrage n’est plus du tout pollué. Ils se disent donc plus sereins, même lors des matches difficiles. »

La règle des dix mètres, comme au rugby

Cette première a fait des émules puisque le District Mosellan va à son tour tester ce dispositif lors d’un match de Départemental 1, le 10 mars prochain. « C’est une expérimentation que l’on mène au cours des prochaines semaines, précise Vincent Merulla, le président de la commission d’arbitrage en Moselle, au quotidien de l’Est de la France. À l’issue de ces tests, on dressera le bilan avec tous les acteurs et en fonction des retours qu’on aura, on décidera de la suite à donner au dispositif. »

Son District est d’ailleurs souvent à la recherche de solutions pour éviter les incivilités. « Nous avons déjà essayé un autre dispositif : la règle des 10 mètres, comme au rugby, ajoute Vincent Merulla. Si une équipe conteste les décisions de l’arbitre de façon trop véhémente, le ballon est avancé de 10 mètres dans la camp de l’équipe fautive. Ça marche très bien. Et je pense que ce sera la même chose avec la caméra embarquée pour les arbitres. »

Avec des violences et incivilités toujours en hausse, ce genre de dispositifs semble parfaitement fonctionner. Ce sont de très bonnes pistes pour éviter les incidents… mais encore faut-il des volontés politiques pour les mettre en place. Ce qui n’est pas toujours le cas, malheureusement.

PARTAGER