Photo Philippe Le Brech

Dans la foulée du changement de règlement de la FIFA, la FFF va réduire le délai du certificat international de transfert à sept jours.

Chaque année, le certificat international de transfert peut vite devenir un véritable enfer pour les clubs. Surtout quand les services de la Fédération Française de Football font du zèle comme ce fut le cas pour Orvault Sport Football à l’été 2016 dans le dossier de la joueuse Mama Diop. Mais nous reviendrons prochainement sur ce dossier – et de nombreux autres – afin d’expliquer le rôle obscure de certains salariés de l’instance fédérale.

Pour recruter un joueur qui évolue à l’étranger, un club doit faire la demande d’un certificat international de transfert. Le club doit remplir un questionnaire sur le logiciel Footclubs puis le service dédié de la fédération Française de Football envoie un mail au pays où évoluait ce joueur. Sans réponse au bout de trente jours, un certificat provisoire était délivré pour un an avant de devenir définitif.

Mais la Fédération Internationale de Football Amateur (FIFA) a publié un nouveau règlement il y a quelques semaines. « Si la nouvelle association ne reçoit pas de réponse dans un délai de sept jours après avoir demandé le CIT, elle doit immédiatement enregistrer le joueur auprès de son nouveau club à titre provisoire » est-il indiqué dans l’article 8.1.6 de l’annexe 3 du règlement du statut et du transfert du joueur.

La Fédération Française de Football a donc logiquement décidé de modifier son règlement, ce qui sera effectif immédiatement après l’assemblée fédérale du 12 décembre prochain.

PARTAGER