Image Adobe Stock

Le football féminin se pose beaucoup de questions depuis l’arrêt des compétitions, ce qui a provoqué le coup de gueule d’une jeune footballeuse.

Le 23 janvier, Annie-Laure Gulli, joueuse de La Ligugéenne (Deux-Sèvres), a poussé un gros coup de gueule sur Facebook dans une lettre adressée à Roxana Maracineanu, la Ministre déléguée chargée des sports. Elle dénonce la reprise de la coupe de France pour les masculins alors que les féminines sont totalement dans le flou depuis plus de trois mois. Ce sont 112 clubs issus des Ligues et 24 clubs de D2F qui sont dans l’attente.

La coupe de France féminine a d’ailleurs été modifiée par la Fédération Française de Football lors du Comex du 17 décembre dernier mais aucune date de reprise n’a été fixée pour la « voie amateur ». Ce qui a provoqué un gros tollé un peu partout en France … avec un sentiment d’abandon par rapport aux masculins qui poursuivent leur compétition. Mais les enjeux économiques ne sont pas les mêmes.


Le coup de gueule d’une footballeuse

Madame la Ministre déléguée chargée des Sports,

Je me permets de vous communiquer cet écrit pour vous faire part de l’inégalité qui s’est emparée du monde du football amateur il y a peu. En effet, une date de reprise pour le prochain match de coupe de France a été annoncée mais uniquement pour les équipes masculines. Je vous écris donc pour vous indiquer mon indignation face à cette décision de faire passer les femmes au second plan. Il a été démontré, à de maintes reprises, que le football n’est pas uniquement un sport d’homme. Il n’est donc pas justifié que ceux-ci aient une date de reprise de la compétition pendant que nous, footballeuses, n’en avons pas.

Pourquoi existe-t-il encore ce genre de différence en 2021 ? Est-ce que les footballeuses sont plus sujettes à propager le virus lors d’un match que les footballeurs ? Je ne crois pas que cela ait été prouvé.

Madame la Ministre déléguée chargée des Sports, je me permets de vous informer que cette prise de décision montre encore la domination masculine dans ce sport que beaucoup de femmes admirent et dans lequel elles s’épanouissent. J’ai donc pris la responsabilité de rédiger ces mots pour que les choses changent. Certains diront que ce n’est que du sport, qu’il n’y a pas lieu de s’offenser.

Et pourtant, cette décision est la preuve que le combat des femmes est loin d’être terminé et que nous devons encore nous lever pour être égales aux hommes. Nous avons le droit d’avoir des informations concernant la reprise de la compétition. Nous avons le droit de reprendre celle-ci au même titre que ces messieurs.

Madame la Ministre déléguée chargée des Sports, je connais votre engagement pour l’égalité des sexes dans le domaine sportif, j’espère que vous prendrez en compte cet appel à rétablir l’égalité que nous réclamons, l’égalité que nous méritons.

Je vous adresse mes sincères salutations.
Annie-Laure Gulli, footballeuse amatrice

SHARE