Vous souhaitez que vos jeunes puissent affronter un grand club européen ? Inscrivez-vous à l'étape qualificative du 13 janvier !
A Orvault, le miniMondial pourrait se jouer fin août. (Photo Jérôme Bouchacourt)

Tournois annulés, soirées reportées… l’absence de recettes pourrait avoir de très sérieuses conséquences sur les petits clubs de football amateur.

Le week-end de Pâques est traditionnellement le théâtre de nombreux tournois de jeunes à travers toute la France. Le début du printemps est aussi marqué par les nombreuses soirées festives organisées par les clubs, ces moments où les licenciés et leurs amis se retrouvent autour d’un bon repas. Des manifestations qui permettent aux clubs de pouvoir engranger des recettes afin de boucler leurs budgets annuels.

Or la pandémie de Coronavirus (Covid-19) a eu raison de tous ces événements… ce qui n’est pas sans poser des problèmes comme c’est le cas en Loire-Atlantique avec l’US Thouaré. « Entre la buvette et la restauration, l’annulation de notre tournoi c’est une recette en moins pour le club, explique Alain Le Viol, le président du club. On avait aussi 370 personnes qui avaient réservé pour notre soirée annuelle, finalement annulée. Ça aura forcément un impact sur les finances de notre association et c’est un sujet qui va arriver rapidement à l’ordre du jour due notre comité directeur. »

Aujourd’hui, ce sont des centaines de tournois, plus ou moins importants, qui sont annulés en avril et en mai. Et notamment des tournois internationaux pour lesquels des clubs avaient déjà réalisé de nombreuses dépenses. A Orvault (Loire-Atlantique), le miniMondial réunit chaque année plus d’un millier d’enfants de la catégorie U11 lors du week-end de Pâques, dont certains clubs étrangers de renom comme la Juventus, Chelsea, Manchester City ou le FC Barcelone.

« On aura forcément un décalage de trésorerie ! »

« Nous sommes en train de voir si ce serait possible de le faire le dernier week-end d’août, explique Florent Thomas, le président d’Orvault SF, club organisateur. Le tournoi est très important pour le club mais aussi pour les enfants qui attendent d’y participer tous les ans. » D’autres n’ont pas pu reporter leur événement à l’image du CS Neuville (Rhône) dont le tournoi international U15, un des meilleurs de la catégorie, a été annulé.

Quand aux soirées festives, elles sont souvent l’occasion de faire vivre la vie associative mais surtout d’apporter un peu de recettes aux clubs. Des recettes qui pourraient manquer en fin de saison au moment de faire le bilan… sans oublier tous les partenaires qui seront impactés pas la pandémie. « On aura forcément un décalage de trésorerie car on sait que certains partenaires vont avoir des problèmes » annonce Jean-Yves Roux, président de l’USSA Vertou (National 3).

Les petits commerces et les artisans qui ne peuvent pas travailler en ce moment auront en effet plus de mal à lâcher le petit billet qui permet aux club de boucler leurs budgets. Ce qui ne va pas manquer de mettre de nombreux clubs en difficulté financière.

PARTAGER