District de Seine-Maritime
Le District de Seine-Maritime est convoité. (Capture d'écran Google)

Non validée par la commission des opérations électorales, la liste de Jean Liberge, le président sortant de Seine-Maritime, a reçu une conciliation favorable du CNOSF.

Le 27 août, la commission des opérations électorales du District de Seine-Maritime avait étudié les deux listes en lice pour les élections à la tête de l’instance départementale. Et stupeur, elle avait retoquée celle de Jean Liberge, le président sortant. Le motif ? Le représentant des éducateurs « doit être membre d’une association groupant les éducateurs de football disposant de sections régionales ou départementales dans le tiers au moins des Ligues métropolitaines de la Fédération ».

Raymond Leparc, le président de cette commission, nous avait d’ailleurs expliqué en détail cette décision tandis que Jean Liberge avait saisi le Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF), seul recours possible. La conciliation s’est déroulée mardi matin et la réponse est tombée hier après-midi : « Le conciliateur propose au district de football de Seine-Maritime d’admettre la recevabilité de la liste dont la tête de liste est Monsieur Jean Liberge, en vue de l’assemblée générale élective de ce district prévue le 18 septembre 2020. »

Un véritable conflit d’intérêt

Même si cette liste n’a fourni aucun document à la commission des opérations électorales, « le conciliateur estime en l’espèce que Monsieur Michaël Bunel pourrait être regardé comme ayant manifesté sa volonté d’adhérer à l’amicale des éducateurs de football de Seine-­Maritime le 6 août 2020, soit antérieurement à la date de déclaration de candidature de la liste dont il était membre, adressée au district de football de Seine-Maritime le 12 août 2020 ».

Quelque soit le résultat de cette conciliation, ce dossier est très particulier puisqu’il opposait le District de Seine-Maritime à son président. Et désormais c’est ce même président, avec son comité directeur dont 9 membres sur 14 sont sur sa liste pour les élections, qui va devoir accepter ou non la conciliation. Pas la peine de faire de paris sur la décision à venir ! Interrogée sur ce conflit d’intérêt, la Fédération Française de Football nous a répondu que « c’était le règlement ».

Mais le plus risible est de voir la notification du CNOSF qui est envoyée à « Monsieur le président du District de Seine-Maritime » où le président de la conférence de conciliation écrit « Dans le cadre de la demande de conciliation formée par Monsieur Jean Liberge » … soit une procédure du président du District contre lui-même. Il serait peut-être temps de changer certains règlements…

PARTAGER