Avec un écart de seulement cinq voix, l’élection à la tête du District de Haute-Vienne avait été contestée. Et le CNOSF a renversé la tendance. Explications.

Le 18 septembre, les élections pour le District de Haute-Vienne avait donné lieu à une lutte acharnée entre les deux listes en présence. Et c’est Jacques Pleinevert qui l’avait emporté devant Thimothée Johnson d’une (très) courte tête avec 219 voix contre 214. Mais comme l’avait expliqué Le Populaire du Centre, la deuxième liste avait souhaité obtenir une vérification des différents éléments de vote (feuilles d’émargement, pouvoirs, bulletins attribués aux deux listes, bulletins déclarés nuls).

Pas illogique étant donné le faible écart entre les deux listes. « Deux enveloppes comportent notre liste et un bulletin d’approbation des comptes, ces deux votes ont été considérés comme étant nuls, avait explique Thimothée Johnson à nos confrères du quotidien de Haute-Vienne. Pour nous, c’est une erreur car du moment que l’enveloppe contient une désignation suffisante et une intention aisément décelable, elle doit être comptabilisée. »

Ces deux enveloppes comportaient six voix (une plus cinq) et cela inversait donc la tendance. La tête de liste battue avait donc saisi le Comité National Olympique et Sportif (CNOSF) et le conciliateur a expliqué qu’il fallait valider les six voix mais il a proposé aux deux parties d’organiser de nouvelles élections afin de ne pas rester sur un si faible écart.

Selon nos informations, Timothée Johnson a accepté cette conciliation. De son côté, Jacques Pleinevert a quinze jours pour accepter ou non cette conciliation. S’il l’a refuse, il restera président du District mais il y aura toujours un doute sur cette élection.

PARTAGER