Gérard Gohel
Gérard Gohel avait reçu un appel téléphonique du président de la CRCC en pleine conférence de presse. (Photo Sylvain Letouzé)

Malgré une subvention exceptionnelle de 20 000 euros votée par la municipalité, les comptes de l’AS Cherbourg restent dans le rouge.

Au mois de juin, Gérard Gohel a réussi un sacré tout de passe-passe en réussissant à convaincre la commission régionale de contrôle des clubs (CRCC) de la Ligue de Normandie de maintenir l’AS Cherbourg en National 3. Pourtant ce dossier continue d’empoisonner l’instance régionale, sur la forme comme sur le fond.

Pour sauver son club, l’emblématique président cherbourgeois a récupéré 87 500 euros de partenariats publics et privés. Ce qui n’est pas une mince affaire en quelques jours. Il faut donc le féliciter sur le travail effectué. Mais il a aussi fourni des preuves de dépôt de dossiers pour des aides exceptionnelles auprès de collectivités d’un montant total de 60 000 euros.

Ce qui n’est pas dans les pratiques habituelles pour un atterrissage de budget. « Chaque début de saison, nous préconisons aux commissions régionales d’avoir des délibérations dans les dossiers et non des dépôts de demande de subvention, nous a précisé Olivier Boudet, président de la commission fédérale de contrôle des clubs (CFCC) de 2009 à 2017. Chaque CRCC a néanmoins l’autonomie pour prendre ses décisions mais le but est d’être en harmonie. »

52 000 euros de reste à charge !

Car l’AS Cherbourg n’obtiendra jamais les 60 000 euros escomptés. Nous avions déjà démontré que le dossier déposé au Conseil régional pour 10 000 euros était caduque puisque cette collectivité n’a pas de compétence pour aider un club de National 3. Ensuite, le Conseil départemental avait indiqué que son aide ne serait que de 4 500 euros alors que le club avait déposé une demande de 20 000 euros.

Enfin, le conseil municipal de Cherbourg-en-Cotentin a validé une aide exceptionnelle de 20 000 euros cette semaine… soit la moitié que ce que le club avait demandé. Comme le rapporte La Presse de la Manche, il a d’ailleurs été indiqué en séance que le reste à charge du club est de 52 000 euros ! On est donc très loin de la décision de la CRCC du 19 juin : « Situation d’atterrissage au 30/06/2020 corrigée acceptée ». Et cela gêne dans les couloirs de la Ligue de Normandie où plusieurs personnes se posent des questions sur ce dossier.

Pas de contrôle des commissions

Nous avons posé plusieurs question à Thierry Lecardonnel, le président de la CRCC, notamment sur la prise en compte de dépôts de dossiers au lieu de délibérations ou encore sur le fait que la commission n’a pas vérifié les montants auprès des collectivités. Celui-ci nous a seulement répondu que « nos décisions sont toujours prises en totale indépendance, et que nous n’accepterions pas un seul instant qu’il puisse en être autrement », précisant que celles-ci « peuvent faire l’objet de voies de recours ».

En fait, le seul recours possible est celui du club concerné. « Aucun club tiers ou un comité de direction, que ce soit de la FFF ou de Ligue, ne peut faire appel d’une décision de commission de contrôle des clubs » précise Olivier Boudet. Il n’existe donc personne pour vérifier le travail de ces commissions qui sont totalement indépendantes.

Mais le cas Cherbourg pose un réel problème de fond. Le club a donc un budget 2019-2020 qui sera déficitaire, à priori de 30 000 euros, au contraire de ce que la CRCC de la Ligue de Normandie a validé. Quelle sera donc la posture de la commission lors du prochain passage du club à l’automne ? Au regard de plusieurs dossiers similaires dans d’autres Ligues, le verdict est clair : c’est une rétrogradation administrative à titre conservatoire. Ce qui aurait déjà dû être le cas le 4 mars dernier pour le club du Cotentin. Affaire à suivre…

PARTAGER