A Blain, le stade avait été évacué par l'arbitre à la suite des propos racistes d'un spectateur.
A Blain, le stade avait été évacué par l'arbitre à la suite des propos racistes d'un spectateur. (Capture d'écran Google)

A Blain (Loire-Atlantique), un spectateur a tenu des propos racistes envers un joueur adverse. Et l’arbitre a décidé d’évacuer le stade !

On avait (malheureusement) l’habitude des cris de singe dans certains stades italiens. Mais là ça s’est passé sur un terrain de troisième niveau régional en Ligue Pays de la Loire. Un spectateur de la rencontre entre l’ES Blain et Nantes Mellinet a tenu des propos racistes à plusieurs reprises contre un joueur nantais d’origine africaine. Des faits que le président de La Mellinet ne peut concevoir.

« Il y a eu une faute sur un de nos joueurs et il est resté à terre en se plaignant, c’est là qu’un spectateur a crié des propos racistes, explique Claudio Godard, co-président de La Mellinet. Je veux bien préciser que c’est un cas isolé mais cette personne a été identifiée. » L’arbitre a immédiatement décidé d’évacuer le stade.

« C’était une décision très courageuse, nous explique un témoin des faits, proche du club blinois. Quand nos dirigeants ont demandé au public de sortir, ça s’est bien passé. Mais ce serait dommage que le club soit sanctionné pour les faits d’une personne. »

Ces propos très durs ont néanmoins complètement perturbé le joueur nantais, finalement expulsé pour un deuxième carton jaune quelques minutes après l’interruption de vingt-deux minutes. « Ça a quand même changé le cours de la rencontre car on a fini la rencontre à neuf contre dix » ajoute Claudio Godard.

A Blain, cette affaire met mal à l’aise. Le club devrait d’ailleurs déposer plainte à l’encontre du spectateur qui a proféré ces propos racistes. « Le président nous a assuré qu’il allait le faire après la rencontre, indique le dirigeant nantais. Je ne souhaite pas que Blain soit stigmatisé car on a aussi connu des problèmes à cause de spectateurs. Mais nos joueurs ont vraiment été touchés. » Dorénavant le dossier est dans les mains de la la commission de discipline de la Ligue des Pays de la Loire ainsi que dans ceux de la justice.

PARTAGER