Mohamed Tria - Nicolas Gagneux
Selon le collectif des joueurs, Nicolas Gagneux (à droite) et 6ème Sens n'étaient pas au courant des possibles malversations de Mohamed Tria (à gauche). (Photo Lyon La Duchère)

Une enquête a été ouverte par le Parquet de Lyon sur des éventuelles fraudes de la part de l’ancienne direction du club de Lyon La Duchère.

Le 30 avril 2020, un courrier anonyme avait été envoyé à la Commission Fédérale du Contrôle des Clubs (CFCC) de la DNCG et à de nombreux médias. Il était signé par un « collectif de joueurs abusés et passés par le club de Lyon-Duchère ». Ce courrier contenait des exemples sur le montage financier des rémunérations des joueurs, notamment Bayal Mustapha Sall, Christopher Shiashia, Jérémy Romany ou Cédric Tuta. Il faisait aussi état des indemnités kilométriques de l’ex-entraîneur Laurent Roussey.

« La ficelle est un peu trop grosse et il est temps que l’équité sportive soit respectée » était-il indiquée à la fin de courrier qui mettait en cause l’ex-président Mohamed Tria. Malgré une enquête de plusieurs semaines, nous n’avions pas réussi à prouver ces allégations. Mais comme l’a révélé Médiacité cette semaine, le club de Lyon-La Duchère fait l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Lyon à la suite d’un signalement de la Fédération Française de Football (FFF).

Cédric Tuta conteste le montant des indemnités kilométriques

Il est notamment question de la rémunération de Cédric Tuta – aujourd’hui sans club – qui aurait eu une rémunération “officielle” de 2 000 euros par mois sur son contrat avec en plus 1 400 euros de frais kilométriques. Ce que le joueur a nié auprès de Lyon Mag via son conseil. « Monsieur Tuta n’a jamais perçu 1 400 euros par mois en plus de son salaire. C’est à l’examen des pièces communiquées dans le cadre de la procédure prud’homale, par le club lui-même que le montage est apparu. Les indemnités de frais de déplacements mentionnés ne correspondaient à rien et surtout n’étaient pas crédibles et surtout pas possibles. »

Dans ces fraudes, le club de Lyon Duchère aurait payé des indemnités kilométriques à des joueurs pour des missions de supervision dans la région. « J’ai été payé en frais kilométriques pendant ma première année, raconte le défenseur Salim Moizini, qui a évolué dans le club de 2015 à 2020, à Médiacité. Le club pouvait dire que j’étais allé à Pusignan [dans l’Est lyonnais] pour voir un match des U14. C’étaient des missions qu’on était censé faire pour le club, mais ça n’existait pas. » de nombreux témoignages corroborent ces propos.

Un redressement de 500 000 à 800 000 euros ?

Toutes ces malversations se seraient déroulées sous le mandat de Mohamed Tria, président du club de 2008 à 2021. Celui-ci ne souhaite pas évoquer le sujet. Aujourd’hui, c’est le promoteur immobilier 6ème Sens qui est propriétaire du club. Le courrier anonyme envoyé à la CFCC indiquait d’ailleurs que « 6ème Sens Immobilier ne connaît pas le montage des contrats et les salaires versés et surtout le mode de versement au noir, travail dissimulé, des joueurs payés en indemnités kilométriques sur trois noms différents ».

Désormais ce dossier est dans les mains de la justice. Une enquête va donc être ouverte, de nombreux documents vont être analysés et les protagonistes vont être entendus afin de faire la lumière sur de possibles pratiques frauduleuses. Le courrier anonymes indique que « le club pourrait avoir un redressement de 500 000 à 800 000 euros sur les cinq dernières années ». Le montant paraît exorbitant. Mais si cette fraude du club de Lyon La Duchère est prouvée, cela ferait sûrement réfléchir de nombreux clubs qui ont des pratiques obscures.

SHARE