Copa Coca-Cola Rhône
Une des quatre équipes féminine présente lors du tournoi dans le Rhône. (Photo District de Lyon et du Rhône)

Avec des Ligues et des Districts qui ont préféré ne pas s’inscrire, la Copa Coca-Cola lancée début juin n’est pas franc succès.

Au début du mois de juin, la Fédération Française de Football a lancé la Copa Coca-Cola, un tournoi national de Futsal extérieur pour les clubs amateurs ouvert aux licenciés seniors. Cette compétition – avec un tableau masculin et un tableau féminin – est découpée en trois phases : départementale, régionale et nationale. Mais le moins que l’on puisse dire, c’est que cette Copa Coca-Cola est loin de faire recette.

Certains Ligues ont d’abord décidé de ne pas y participer. « La Ligue et ses Districts ont décidé collégialement de ne pas l’organiser compte tenu du peu de temps qu’on nous a donné et sans aucune concertation préalable » nous a notamment indiqué la Ligue de Paris Île-de-France. En Normandie, c’est plutôt « l’absence de terrain de futsal extérieur pour le tour régional ». Ce qui a plutôt bien arrangé les Districts.

L’intention était bonne mais pas le timing

Mais si des Ligues ont prévu d’organiser cette Copa Coca-Cola, certains de leurs districts ont botté en touche comme l’Aude en Occitanie ou la Loire-Atlantique en Pays de la Loire. Ce dernier fait pourtant partie des plus gros Districts de France et il possède des terrains de futsal en extérieur. Mais « les délais étaient trop courts pour une organisation correcte ». Dans le Rhône, un autre très gros District, seulement quatre équipes féminines et sept équipes masculines étaient présentes.

La Copa Coca-Cola était dans les cartons depuis plusieurs mois. Sauf que son lancement début juin pour des rencontres au mois de juillet (tournois départementaux) puis en août et septembre (tournois régionaux) n’a pas vraiment convaincu. Tout comme la finale du dimanche 19 septembre à Clairefontaine alors que toutes les compétitions régionales et départementales auront repris ! L’intention était bonne mais pas le timing. C’est pour cela que cette Copa Coca-Cola peine à séduire.

SHARE