Ballons entraînements
Photo Philippe Le Brech

Avec deux présidents qui s’écharpent, l’AC Avignon est au bord du gouffre. L’heure est grave pour le club du Vaucluse qui risque une exclusion.

Ce lundi, le tribunal judiciaire d’Avignon traitait le dossier du club de football de la ville et de la guerre intestine pour la présidence. Car après l’assemblée générale surréaliste qui s’est déroulée samedi, dans les locaux du District, rien n’est réglé. La Ligue de Méditerranée commence à s’impatienter et le spectre de l’exclusion de toutes les équipes jeunes des championnats régionaux plane sur l’AC Avignon.

Mais comment en est-on arrivé là ? Le 3 novembre dernier, Jean-Christophe Maignaud a voulu laisser la présidence de l’association. Il a proposé Alexandre Bressy, déjà passé comme dirigeant à Avignon Foot 84 en 2009-2010 puis Le Pontet-Avignon en 2014-2015. Cet entrepreneur avait alors expliqué à L’Echo du Mardi que « les idées ne me manquent pas, le challenge est passionnant, il va nécessiter des temps de réflexion, une organisation et des ressources supplémentaires ».

L’AC Avignon a un président élu… mais sans l’ancienneté requise

Alléchant sur le papier. Mais l’ex-président avait oublié que les statuts de l’association imposaient un minimum de six mois ancienneté pour intégrer le comité directeur. Six des seize membres dont le nouveau président n’étaient donc pas éligibles. Puis ce dernier a décidé de licencier Christophe Catelain, directeur général du club et entraîneur de l’équipe féminine (Régional 1). Il lui reprochait son imposant salaire (2200 euros mensuels) mais aussi une fronde contre lui avec d’autres membres du comité directeur.

Au mois de janvier, des membres du comité directeur élisent Sabine Arnoux à la présidence. Le procès-verbal sera même déposé à la Préfecture, ce qui en fait la présidente de l’AC Avignon aux yeux des services de l’Etat. Mais la guerre était déclarée entre les deux parties. Alertée par cette situation incongrue, la Ligue de Méditerranée a demandé au District du Grand-Vaucluse d’organiser de nouvelles élections avant le 30 avril. Mais l’échéance a sans cesse été repoussée.

Pas de conciliation possible devant le comité olympique

Chacun des deux camps a sa page Facebook, Avenir Club Avignonnais pour les pro Sabine Arnoux et AC Avignon Compte Officiel pour les pros Alexandre Bressy. C’est sur cette dernière que des correspondances confidentielles ont été publiées, « dont un courriel émis par le District Grand Vaucluse » comme l’a rappelée la commission de discipline de l’instance départementale. Saisie par son opposante, celle-ci a suspendu Alexandre Bressy pour cinq mois. Une sanction alourdie à six mois en appel.

Une conciliation entre les deux parties a eu lieu devant le comité départemental olympique et sportif (CDOS) début mai. En vain puisque « le conciliateur n’a pas été en mesure de constater d’accord susceptible de mettre un terme définitif au litige ». Une contrainte a néanmoins été imposée. « Concernant la gouvernance du club Avenir Club Avignonnais, le conciliateur demande qu’une assemblée générale extraordinaire soit organisée. Cette assemblée doit avoir lieu avant le 30 juin 2022 comme le demande la Ligue Méditerranée de Football. »

L’assemblée générale perturbée dans les locaux du District

Prévue samedi matin au District du Grand-Vaucluse, cette assemblée générale de l’AC Avignon n’a pas pu se dérouler. « Plus d’une heure avant le début, des personnes de la liste d’Alexandre Bressy étaient devant le siège du District puis ils sont entrés notamment en bousculant les quatre vigiles prévus pour l’occasion » nous explique un témoin. Les proches du président ont aussi reproché que lesz procurations n’étaient pas prises en compte, comme le prévoient les statuts de l’association, mais le District – missionné pour l’organisation de cette AG – avait choisi « de les refuser à cause de l’ambiance délétère qui règne au sein du club ».

Il n’y a donc pas eu de vote. Et le club se retrouve encore une fois dans l’impasse à trois jours de la fin de l’ultimatum imposé par la Ligue de Méditerranée. Le référé devant le tribunal judiciaire de ce matin va peut-être apporter quelques précisions pour un club dont l’avenir s’est bien assombri. Mais le résultat du référé ne sera pas rendu avant le 8 aout ! La Ligue et le District vont néanmoins devoir prendre une décision dès cette semaine pour l’avenir immédiat de l’AC Avignon et de ses 700 licenciés.

SHARE