Des matchs de football improvisés avaient lieu durant la Première Guerre Mondiale.
Des matchs de football improvisés avaient lieu durant la Première Guerre Mondiale. (Photo DR)

En ce jour d’armistice, notre rédaction retrace l’essor du football français qui s’est structuré après la Première Guerre Mondiale.

Noël 1914, Ploegsteert (Belgique). Britanniques et Allemands ont arrêté les combats pour se retrouver dans le No Man’s Land. Cet acte de fraternité a été confirmé par de nombreuses lettres de soldats dont celle du lieutenant anglais Bruce Bairnsfather. Le mythe veut aussi que les belligérants auraient joué un match de football, même si de nombreux historiens s’opposent sur ce sujet. Si la Première Guerre Mondiale a décimé plusieurs générations, elle a néanmoins permis au football de prendre son essor dans l’Hexagone.

Comme le rapporte l’historien « de jeunes officiers pédagogues eurent l’idée de recourir au sport dès le début de 1915. Pour les Poilus, issus majoritairement du monde rural, ce fut l’occasion de toucher pour la première fois un ballon de foot. » Il rappelle aussi que le premier match de football féminin en France s’est déroulé le 30 septembre 1917. Une information confirmé par l’Auto, ancêtre de l’Equipe, dans son édition du 2 octobre 1917 : « Pour la première fois des jeunes filles ont joué au football. »

En 1920, les Voltigeurs Châteaubriant participent au championnat de la Ligue de l'Ouest. (Photo DR)
En 1920, les Voltigeurs Châteaubriant participent au championnat de la Ligue de l’Ouest. (Photo DR)

La première Ligue régionale créée en 1918

La première finale de coupe de France se déroule même avant l’armistice puisque le 5 mai 1918, l’Olympique de Pantin bat le Football Club de Lyon (3-0). Cette compétition aujourd’hui très prisée par le football amateur avait été créée en hommage à Charles Simon, dirigeant sportif qui défendait le développement du ballon rond avant de tomber au champ d’honneur en 1915. La Fédération Française de Football a été fondée au lendemain du conflit, le 7 avril 1919, sous l’impulsion de Jules Rimet, qui en sera le président jusqu’en 1949, et d’Henri Delaunay. Les deux Français seront aussi à l’origine de la coupe du Monde de Football en 1928, avec une première édition en 1930 en Uruguay.

En parallèle de la FFF, les Ligues régionales se créent rapidement. La première est la Ligue du Nord en 1918. Trois ans plus tard, dix-huit Ligues régissent le football français. Les clubs se créent rapidement, principalement dans les villes à l’image d’En Avant Guingamp (1918) ou Angers SCO (1919). Puis les clubs de campagne suivent, généralement issus de la Fédération gymnique et sportive des patronages de France (FGSPF). La plupart des communes voient d’ailleurs s’affronter le club laïque, celui du Maire, au club catholique, celui du curé. Le football restera amateur jusqu’en 1932 où la FFF autorisera certains clubs à rémunérer leurs joueurs. Le point noir est la suppression du championnat de France féminin en 1933, le football étant jugé « nocif pour les femmes » après notamment le décès d’une joueuse en plein match en 1926. Une hérésie qui sera réparée après la Deuxième Guerre Mondiale.

SHARE