Le Stade Lavallois enregistre sa sixième victoire de rang contre Sannois.
Le Stade Lavallois peut perdre son statut pro s'il n'accède pas en Ligue 2 à la fin de la saison. (Photo Lisa Paquereau)

S’il ne monte pas en Ligue 2 à l’issue de la saison, le Stade Lavallois va perdre son statut professionnel avec de fâcheuses conséquences à la clé. Explications.

Vendredi soir, les Lavallois auront un peu la pression sur le terrain de Lyon-Duchère. Après la défaite à Concarneau (1-0), le club mayennais se trouve à neuf longueurs du Mans FC (1er) , huit du Rodez Aveyron Football (2e) et six du FC Chambly (3e)… ces deux derniers ayant un match de plus à jouer. A treize journées de la fin de la saison, la montée en Ligue 2 semble plutôt compromise.

Même si l’exemple de l’AS Béziers la saison dernière peut laisser un peu d’espoir – la troupe de Mathieu Chabert était montée alors qu’elle comptait onze points de retard sur la deuxième place à la même époque – le trio de tête mène un train d’enfer. Car le Stade Lavallois a un gros soucis : après sa descente en National, il a obtenu une dérogation ces deux dernières années pour garder son statut professionnel comme le permet l’article 102 du règlement de la Ligue de Football Professionnel (LFP). Or il n’est pas possible à un club de solliciter cette dérogation une troisième fois.

Les joueurs du centre de formation seraient libres

Si le club mayennais ne monte pas en Ligue 2 à la fin de la saison, il va donc perdre ce statut. Et les conséquences sont très lourdes. Il ne pourra donc plus faire signer de contrats professionnels à ses joueurs, ni obtenir d’indemnités de transfert comme ce fut le cas la saison dernière pour le jeune défenseur Oumar Solet (17 ans), parti à l’Olympique Lyonnais pour trois millions d’euros. Son petit frère Isaac Solet a d’ailleurs signé son premier contrat pro avant d’être transféré au Stade de Reims dans la foulée… le 31 janvier !

La conséquence la plus fâcheuse concerne donc le centre de formation. En cas de perte du statut pro, tous les joueurs sous convention (stagiaires et aspirants) seraient libres de s’engager avec un autre club. C’est la même chose pour tous les éducateurs. De nombreux clubs ont perdu leur statut pro ces dernières saisons et l’exemple le plus célèbre de jeune joueur parti libre est sans aucun doute Florian Thauvin, de Grenoble à Bastia.

La fin de saison va donc être très particulière puisque le club mayennais a une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Une situation qu’il a déjà connu à l’été 2008 lorsqu’il avait perdu son statut professionnel et donc l’agrément de son centre de formation. Mais les Tangos avaient immédiatement rebondi en remontant en Ligue 2 la saison suivante !


PARTAGER