Didier Esor
Didier Esor, le président de la Ligue des Pays de la Loire. (Photo Jérôme Bouchacourt)
Bannière stages Louza

Lors de son assemblée générale, ce samedi matin, la Ligue des Pays de la Loire a annoncé une aide de 300 000 euros pour les licences.

La semaine dernière, la Ligue de Nouvelle-Aquitaine a annoncé débloquer un millions d’euros par des versements pour chaque club de 700 à 1 000 euros suivant leur nombre de licenciés. Hier, lors de son assemblée générale, c’est la Ligue des Pays de la Loire qui a fait un geste envers ses clubs avec « une provision de 300 000 euros », comme l’a annoncé le président Didier Esor dans son discours d’ouverture.

« On n’a pas encore terminé le bilan de la saison mais on devrait clôturer sur un déficit, ce qui n’est un secret pour personne, a précisé le trésorier René Jouneaux. Il n’y aura pas d’aide directe de la Fédération sur les licences comme ce fut le cas la saison dernière. La Ligue a néanmoins décidé de mettre en place une aide de 300 000 euros. On aurait pu décider de réduire chaque licence de deux euros mais on a préféré flécher sur des catégories particulières comme les dirigeants, le futsal et le foot loisir. »

« Les clubs ne doivent pas avoir peur de valoriser leur travail »

Trois catégories qui ont été très touchées par la pandémie. La Ligue des Pays de la Loire va donc rembourser 10€ par licence dirigeant, 5€ par licence dirigeant volontaire, 5€ par licence Futsal et 5€ par licence loisirs. En fin d’assemblée générale, lors des questions diverses, un président de club du Maine-et-Loire s’est interrogé sur ces aides. « Pourquoi la nouvelle licence volontaire sera à 15€, il aurait été préférable de la faire gratuite » a-t-il interpellé.

« Le prix de la licence, c’est une notion d’adhésion à la Fédération mais aussi d’assurance, a expliqué Didier Esor. Et cette nouvelle licence est très importante car elle va permettre de protéger les présidents de clubs puisque chaque bénévole devra remplir l’attestation d’honorabilité. Puis, comme c’est déjà le cas en Centre Val de Loire, ce fichier sera croisé avec celui des délinquants sexuels. »

Un autre président de club a indiqué que « la réalité des parents, c’est de savoir quelle remise on peut leur faire sur le prix de la licence ». Le président de la Ligue lui a répondu qu’il fallait « faire une différence entre l’adhésion à une association et la licence prise auprès de la Fédération », précisant que « les clubs ne doivent pas avoir peur de valoriser leur travail ». Car, comme nous l’avons déjà souligné, le prix d’une cotisation dans un club de football est généralement beaucoup moins chère que dans la plupart des autres sports… mais avec plus de services !

SHARE