Le 31 mai 2018, notre partenaire Call4sport a lancé une enquête nationale sur le sport amateur. Ce sont 1720 clubs qui ont répondu au questionnaire et le constat est simple : les associations sportives sont en grande souffrance et tirent la sonnette d’alarme. Episode 1 : Des recettes à la baisse.


« Les clubs amateurs de proximité souffrent fortement depuis quelques années en raison de choix politiques pour le moins discutables : baisse des subventions des collectivités locales, suppression des contrats aidés, baisse de 30% des crédits de la part territoriale du Centre National pour le Développement du Sport (CNDS), etc. »

Fan de football, le député de la Loire Régis Juanico a décidé d’interpeller la Ministre des sports Laura Flessel ainsi que la Fédération Française de Football et les pouvoirs publics sur les difficultés financières des clubs amateurs. C’est d’ailleurs ce qui ressort de la première partie de l’enquête de notre partenaire Call4sport. D’après le retour des associations, 59% estiment que leurs subventions publiques sont en baisse alors que 35% les jugent plutôt stables.

« Il y a trois ans, nous avions 20 000 euros, l’an dernier 15 000 et cette année, c’est 12 500 euros, confie le président d’un club d’une commune de 25 000 habitants dont l’équipe fanion évolue en Régional 1. Par contre, nos licenciés ont augmenté de 30% sur cette période. Ce n’est pas facile de compenser. La Mairie ne se rend pas compte du rôle social de notre club. » Dans certaines villes de plus de 100 000 habitants, les subventions des clubs de football ont aussi été réduites d’un tiers.

« Les recettes baissent de manière dramatique ! »

Car en plus des subventions, 46% des clubs qui ont répondu à l’enquête estiment leurs recettes d’activité hors sponsoring (buvette, manifestations sportives, loto, tombola, etc) en baisse, 36% plutôt stables… et seulement 17% en hausse. « Il y a beaucoup plus de contrôles de l’Urssaf, des services fiscaux et même de la SACEM sur nos manifestations, précise le président d’un club de District du Nord de la France. Les recettes baissent de manière dramatique ! »

Sur cette première partie de cette enquête, 80% des clubs déclarent qu’il est plus difficile qu’avant de joindre les deux bouts en fin de saison. Résultat ? Plus de 2/3 des associations
sportives envisagent d’augmenter leurs cotisations pour équilibrer leur budget. Car le problème du football, sport populaire par excellence, est d’être à la portée de toutes les bourses. Mais cela ne paraît plus possible aujourd’hui, notamment en raison des contraintes demandées par les instances. Et la victoire en coupe du Monde ne va pas améliorer ce constat.

« Il conviendrait également de proposer un plan d’accueil et de développement pour les clubs amateurs, afin que ceux-ci aient les moyens humains et financiers de fidéliser leurs nouveaux licenciés, notamment les filles, en vue de conforter l’essor du football féminin, dans la perspective de la Coupe du Monde féminine organisée en France l’an prochain » conclut Régis Juanico.


Le deuxième volet de La grande enquête à suivre ce jeudi :

Une crise de confiance vis-à-vis des instances ! 

PARTAGER